Accueil |Sports |

PROGRAMMATION DES MATCHS DE FIN DE SAISON

A quoi joue la LFP?

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Une fin de saison compliquéeUne fin de saison compliquée

En dépit du fait que la Ligue de football professionnel a fait des efforts en compagnie des responsables des clubs pour bien gérer la fin du Championnat national, force est de reconnaître que l'instance qui gère les Ligues 1 et 2 nage à contre-courant.

Le dernier calendrier des matchs retards et des journées restantes à jouer, en particulier en Ligue 1, montre, si besoin est, quà la Ligue de football dit «professionnel» on programme au jour le jour. Il y a bien longtemps que le président de cette auguste instance sportive, qui travaille sous la délégation de la FAF, qui, elle-même travaille sous celle du MJS, avait décidé de faire disputer d'abord tous les matchs retards avant de procéder à la programmation des dernières journées du championnat à partir de la 26e journée. Mais on constate, une fois de plus, que des matchs en retard n'ont pas encore été épurés et pourtant, on ne constate aucune réaction de la part des responsables des clubs et des techniciens, dont l'avenir dans leurs équipes respectives dépend, pour beaucoup, dans les résultats techniques de leurs formations. Là, il est important de faire remarquer qu'il est inutile d'arguer que les matchs restants n'ont pas d'incidence majeure sur le championnat. Car, la fin de saison est important pour beaucoup d'équipes. Parmi ces équipes, il y a celles qui cherchent à terminer la saison sur le podium, alors que pour d'autres c'est plus grave, elles risquent la rétrogradation. Or, l'on remarque que les matchs retards sont justement intercalés entre la 26e et la 27e journée. Mais qu'est-ce qui motive cette idée? Le 27 avril deux matchs retard sont prévus: PAC - NAHD (24e journée) et JSS - CSC (18e journée). Le 1er mai, c'est le match CSC - MCA (23e journée) qui est au programme, alors que le 4 mai, c'est au tour du match USMBA - JSS (24e journée) et enfin le 6 mai, CRB - CSC (retard 24e journée). Et ce n'est qu'à partir des quatre dernières journées qu'on poursuivra la programmation normale de la compétition. C'est vraiment à ne rien comprendre! Pourtant, ce sont les membres du Bureau fédéral qui ont décidé que tous les matchs retards doivent être disputés avant la 26e journée. Mais, ce n'est pas du tout ce qui vient de se passer.
Et quand des observateurs, spécialistes ou autres consultants critiquent cette programmation, on parle du côté de la LFP et de la FAF de tentatives de déstabilisation. Alors qu'en réalité, c'est la LFP avec la complicité de la FAF qui se déstabilisent d'elles-mêmes avec, entre autres, ces interminables reports et ses reprogrammations. Et pour s'en convaincre, il suffirait de donner la parole aux vrais hommes du terrain, qui souffrent et qui se retrouvent être les premiers fusibles, lors des mauvais résultats de l'équipe: les entraîneurs. En effet, les techniciens axent leur travail sur la préparation physique, technique, tactique et psychologique d'une rencontre censée être programmée en fin de semaine. Mais à la surprise générale, les entraîneurs se retrouvent confrontés à un véritable dilemme, puisqu'ils sont confrontés à une décision administrative qui balaye d'un revers de main tout le boulot effectué durant des jours. Ils vivent ainsi un double préjudice, celui touchant au travail technique et celui au travail moral. Mais, la morale, n'est pas encore bien saisie par les gestionnaires actuels du football national, d'autant qu'on se trouve à la fin de la phase retour décisive avec tous ses enjeux.

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha