{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Après Algérie 1 - Burundi 1 en amical

Des insuffisances à combler chez les verts

Le premier match amical de la sélection algérienne de football face au Burundi (1-1), avant-hier soir à Doha (Qatar) a montré quelques lacunes dans le groupe des joueurs alignés par le sélectionneur Djamel Belmadi.
Mais avant d’entrer dans le vif du sujet, il est important de signaler qu’avant ce match, le sélectionneur des Verts a voulu mettre ses joueurs dans des conditions extrêmes pour tirer le maximum d’eux. Il y a d’abord cette histoire de refuser l’utilisation de la climatisation du stade Jassem Bin-Hamad de Doha. Ceci pour que les joueurs s’habituent à la chaleur et surtout aux conditions climatiques qui ressemblent à celles qui les attend en Egypte lors de cette CAN 2019, programmée en plein été.
D’autre part, le sélectionneur des Verts a opté pour un « onze » rentrant inédit avec une équipe résolument offensive. Avec un seul milieu récupérateur, à savoir Guedioura qui a été très critiqué pour n’avoir pas assez de temps de jeu avec son club en Angleterre, Belmadi a procédé à appliquer une tactique offensive avec pas moins de 5 joueurs offensifs dont l’attaquant de pointe Bounedjah qui connait parfaitement le climat qatari et surtout la pelouse du stade Jassem Ben-Hamad, au lieu de Slimani, pourtant manquant visiblement de temps de jeu.
Ce schéma prôné par le sélectionneur algérien permet de voir les « limites » des joueurs avec des efforts supplémentaires à fournir dans un climat des plus défavorables.
Ceci, sans rentrer dans les détails du choix de ne point accepter la diffusion de ce match sur les écrans TV, estimant qu’ «on a un droit à un minimum de discrédition dans notre travail », explique Belmadi.

Manque d’efficacité des Verts
Sur le terrain, les Verts ont bien pris en main le match au début, mais, les joueurs du Burundi ont bien su contrer cette fougue du capitaine, Mahrez et ses coéquipiers. Et c’est là, où ils ont reçu leur première leçon : garder bien le ballon. Ce qui a été parfaitement fait par Abdul Razak Fiston, et ses compatriotes burundais. Les joueurs du coach Belmadi ont vraiment raté leur première mi-temps avec beaucoup d’occasions de buts qu’ils n’ont pas su bien exploiter. Seul, Belaili se démêlait comme un diable variant son jeu et ses déplacements, mais, les 5 joueurs Algériens à vocation offensive n’ont pu prendre à défaut une bonne équipe du Burundi bien regroupée autour de Dunyindavy et du gardien de but Nahimana.
De retour des vestiaires, les Verts ont eu beaucoup de difficultés à concrétiser leur légère domination devant une équipe du Burundi jouant bien intelligemment et sans précipitation aucune, contrairement aux joueurs du sélectionner Belmadi. Après quelques occasions ratées, Belaili s’échappe avant de servir sur un plateau son compatriote Bounedjah qui ne se fait pas prier cette fois-ci pour planter la balle dans la cage du gardien de but du Burundi Nihamana (68’).
On pensait que les Verts s’étaient libérés pour plus d’animation dans le jeu, mais, la fatigue a eu raison d’eux. Et n’était-ce la bourde du gardien de but M’bolhi avec sa sortie hasardeuse, Amissi n’aurait pas pu égaliser (73’). Une fois de plus, les Verts ont montré leur « incapacité » à assurer la gestion d’un léger avantage.
Pourtant, les joueurs du Burundi n’ont pas été très efficaces en attaque. Ce qui explique pourquoi la défense algérienne n’a pas souffert sur le plan défensif. Or, ça ne serai pas du tout le cas face aux trois adversaires des Verts lors de la CAN, à commencer par le Kenya, puis le Sénégal et enfin la Tanzanie.

Rectifier les erreurs
D’ailleurs, le sélectionneur des Verts, Djamel Belmadi, lui-même reconnaît que « Le plus important dans ce genre de match est d’évaluer l’équipe et non pas de voir le résultat final » indique-t-il avant d’ajouter qu’ « il nous reste encore du travail même si nous avons fait une prestation correcte dans l’ensemble. Cela dit, je ne suis pas vraiment satisfait du rendement de l’équipe » a conclu le sélectionneur des Verts, Djamel Belmadi. Sans commentaire. C’est donc lors du dernier match amical prévu le 16 juin prochain face au Mali que Djamel Belmadi et son staff gagneraient à rectifier les erreurs commises par les Verts afin d’être prêts pour le premier match de la phase finale de la CAN contre le Kenya prévu le 23 juin prochain au Caire.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours