{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Cinémathèque de Batna

Engouement notable du public

Un club a été créé pour diffuser et promouvoir la culture cinématographique en diffusant des films suivis de débats entre professionnels du cinéma.

La cinémathèque de la ville de Batna enregistre depuis sa réouverture en 2020 un engouement notable du public cinéphile, constitué essentiellement de jeunes et de familles, a indiqué lundi son directeur Saber Bouzid. L'établissement qui programme quotidiennement deux séances le matin et l'après-midi attire de plus en plus de spectateurs constitués essentiellement de jeunes surtout les universitaires au côté des familles. «Cette fréquentation augmente d'un jour à l'autre à la faveur des conditions mises en place pour les spectateurs qu'ils soient des jeunes ou des familles», a indiqué à l'APS le directeur de cette salle qui relève du Centre algérien de la cinématographie (Cac).
La salle réserve également aux écoliers des films de dessins animés adaptés à leur âge en coordination avec des associations caritatives, des établissements pédagogiques et des parents d'élèves», selon la même source. La majorité des films projetés pour les adultes est récente (moins de10 ans) de production nationale en plus d'autres des archives cinématographiques algériennes d'importance historique constitués de long-métrages et de court-métrages y compris des films révolutionnaires.
Au cours du dernier trimestre 2022, la salle a reçu 16.599 spectateurs de différents âges dont 5.777 durant le seul mois de décembre passé, a ajouté la même source. D'une capacité de 310 places, cette salle s'est placée en 2021 en termes de recettes et de spectateurs à la tête des salles gérées par le Cac et entend conserver cette position et la confiance de son public, selon son directeur. Pour accompagner cet engouement pour cette cinémathèque située en plein centre-ville de Batna, un club a été créé pour diffuser et promouvoir la culture cinématographique en diffusant des films suivis de débats entre professionnels du cinéma (réalisateurs et producteurs) et cinéphiles. Selon des spectateurs qui ont suivi début janvier courant la projection du documentaire «Sur les traces des camps de regroupement» en présence de son metteur en scène Saïd Oulmi, l'expérience a été très enrichissante.
Les débats suivant la projection de ce film produit par l'Agence algérienne pour le rayonnement culturel, et le Centre algérien de développement du cinéma en présence de cinéphiles, d'historiens et d'étudiants universitaires ont été riches et se sont mêmes poursuivis à l'extérieur de la salle. La cinémathèque de Batna a été rouverte en mars 2020 après plusieurs
années de fermeture pour restauration. Appelée Le Colisée au début des années 1960, cette salle de cinéma devient El Aurès puis la Cinémathèque. Actuellement, la Cinémathèque est l'unique salle de cinéma opérationnelle à Batna qui compte quatre autres salles fermées.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré