{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Isabelle Jeudy alias Duvet, Cosplayeuse

«Je m'imprègne du personnage que j'incarne»

On ne pouvait pas ne pas la remarquer, elle, avec sa tenue colorée, sa perruque blonde et son chapeau, la semaine dernière, à l'esplanade de Riadh El Feth...

Elle était l'une des attractions, la semaine dernière, durant la tenue de la 14 eme édition du Festival international de la bande dessinée d'Alger qui s'est tenu du 04 au 08 octobre dernier. Elle, c'est Isabelle Jeudy alias Duvet Cosplay. Jolie dans sa tenue de Stussy in la BD japonaise «One Piece», la cosplayeuse se prêtait allégrement au jeu des fans en se prenant en photos avec elle, trop contents de rencontrer une sorte d'incarnation de l'une de leurs idoles de BD D'ailleurs, cette tenue, Isabelle Jeudy l'a choisie exprès pour le jour de la cérémonie d'ouverture, puisque le Japon était le pays invité d'honneur de cette année. «Cette année j'ai choisi un costume d'une série japonaise parce que le Japon est invité d'honneur du Fibda, il y a beaucoup d'auteurs et d'universitaires japonais qui sont venus, donc j'ai pris une série assez connue qui s'appelle «One peace» et mon personnage est Stussy. J'ai voulu pendant au moins une journée incarner ce personnage. D'ailleurs, je porte le costume de plusieurs personnages, pas forcément du monde japonais.»

Expression plurielle
Et de nous rappeler son parcours: « J'ai participé au Championnat du monde de cosplay au début de ma carrière, en 2007 et j'ai eu la chance d'être arrivée à la première place. C'était avec une série japonaise qui n'est pas très connue qui s'appelle ‘'AliChino''. J'ai continué ma carrière par la suite. Comme j'avais rencontré beaucoup de gens lors de la finale, ça m'a permis de voyager dans différents pays, de partager mon expérience, de montrer mes costumes, de faire des ateliers et animer des conférences et ce très rapidement» Et de renchérir:
« Quand j'ai fini mes études en parallèle, je me suis rendu compte que j'avais énormément de demandes et j'ai commencé comme ça, à voyager en salons et petit à petit, à en faire mon métier, sachant que j'ai une deuxième activité qui s'intègre aussi dans le cadre des salons autour du japon qu'est la calligraphie. J'ai commencé la calligraphie latine quand j'étais enfant et très rapidement j'ai voulu essayer d'autres langues et d'autres calligraphies et c'est comme ça que je suis tombée sur le japonais. Ce qui m'a d'ailleurs fait découvrir le cosplay par la suite.»Aussi, de fil en aiguille et en endossant les deux casquettes voila Duvet qui se lance dans cette belle aventure du cosplay doublée de la casquette de l'artiste peintre qu'elle est aussi. « Je me suis rendu compte que les organisateurs d'événements et les Japonais avec qui je pouvais travailler étaient très intéressés aussi par ce côté «calligraphie», sachant que ma pratique de cette dernière est nécessairement influencée par la calligraphie latine que j'ai faite avant. C'est une espèce de fusion donc entre la calligraphie japonaise et latine et c'est pour cette raison-là que je suis devenue artiste peintre en parallèle de mon activité de cosplay. Aujourd'hui, depuis 2011, c'est mon activité professionnelle principale. Je suis artiste peintre et cosplayeuse et je voyage dans 30 à 40, voire 50 pays par an, soit en France, soit à l'étranger».

Apprendre à concevoir son costume
Pour cette édition, Duvet est venue animer un atelier sur le cosplay. La dernière fois où elle avait mis les pieds au Fibda, c'était pour animer une conférence. Elle était aussi membre du jury du concours du cosplay.
«J'avais également présenté des démonstrations en calligraphie. Là, cette année je suis plus concentrée sur le cosplay.» Pendant l'atelier de jeudi dernier, Duvet a abordé les différentes étapes dans la conceptions d'un costume de cosplay. Elle parlera de son expérience en expliquant comment elle a commencé et réussi à faire de cette activité une profession à part entière, elle donnera des conseils aux jeunes gens qui veulent pousser plus loin la pratique de cosplay. À côté de cela, elle parlera d'un point de vue plus technique du travail sur la mousse « simplement parce que la mousse est un matériau très léger et c'est facilement trouvable, notamment en Algérie. C'est un matériau que les gens peuvent utiliser aussi et vu que c'est léger, j'en ai apporté un peu avec moi pour faire avec des démonstrations. «Chacun présente un accessoire de costume et je devais expliquer comment imaginer la mousse et l'utiliser, comment la peindre en fonction de la chaleur, avec les différentes techniques en vue du rendu qu'on veut obtenir», nous confiera t-elle. À propos de se vêtir d'un costume, en incarnant à chaque fois un nouveau personnage, notre interlocutrice avoue qu'elle fabrique déjà elle-même ses costumes. «À chaque fois quand je passe sur scène, c'est un peu comme un travail de comédien de théâtre. C'est-à-dire que pour s'imprégner du personnage, il faut se renseigner un peu sur le contexte dans lequel il évolue, regarder la façon dont il va se déplacer, comment il va interagir avec les autres personnages, de manière à pouvoir faire ce travail de comédien pour incarner au mieux le personnage. Là, il n' y a pas de passage sur scène, mais il y a des gens qui demandent de se prendre en photo avec moi donc j'essaye de faire des pauses en fonction du personnage original. Et c'est sympathique»a conclu miss Duvet. 

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours