{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Arkab reçoit la vice-présidente de JP Energy Global

À la conquête du marché sud-coréen

les deux parties ont évoqué l’échange d’expertises et de solutions technologiques de pointe dans le domaine du dessalement de l’eau de mer.

Le nouveau chapitre de coopération entre l’Algérie et la Corée du Sud englobe le secteur des hydrocarbures. C’est ce qui ressort du dernier communiqué du département de Mohamed Arkab. Le ministre de l’Énergie et des Mines s’est entretenu avec la vice-présidente de la société sud-coréenne JP Energy Global, Kim Jeong Hwa, avec laquelle il a examiné les possibilités de coopération et d’investissement en Algérie dans le secteur. Lors de cette rencontre ayant été marquée par la présence de nombreux cadres, Mohamed Arkab et la responsable sud-coréenne ont discuté des possibilités de coopération dans le secteur des hydrocarbures, notamment dans le domaine du gaz naturel et de la commercialisation du gaz naturel liquéfié et du pétrole brut», a précisé le document du ministère.
Le doc sanctionnant les travaux de ladite rencontre souligne, par ailleurs, que «les deux parties ont également évoqué d’autres volets de coopération entre Sonatrach et JP Energy Global, notamment en matière d’échange d’expertises et de solutions technologiques de pointe dans le domaine du dessalement de l’eau de mer». Il s’agit d’un rapprochement qui, notons-le, intervient, à quelques jours seulement du déplacement du ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Ahmed Attaf, ayant participé à Séoul (Corée du Sud), au deuxième segment des travaux du Sommet Afrique-Corée relatif au développement de la coopération économique.
Le MAE s’était envolé à destination de Séoul, dans le cadre de la visite de travail que le président de la République l’a chargé d’effectuer. À l’occasion de son déplacement, Attaf s’était entretenu avec Cho Tae-yul, son homologue de la République de Corée, avec lequel il avait « passé en revue les relations de coopération entre les deux pays dans leurs différents volets et dimensions », selon un document du MAE.
Lors de la rencontre, l’accent avait été mis «en particulier sur les perspectives prometteuses de développement des relations bilatérales, d’autant que l’Algérie est le seul pays africain à entretenir un partenariat stratégique bilatéral avec la République de Corée », selon la même source.
L’ambassadeur de la République de Corée à Alger, You Ki-Jun, avait, le même jour, estimé que « le premier Sommet Afrique-Corée devrait renforcer davantage la coopération bilatérale avec l’Algérie, rappelant que l’Algérie est le seul pays africain à entretenir un partenariat stratégique bilatéral avec la République de Corée. À cet effet, l’ambassadeur avait souligné que « ce sommet, tenu sous le thème « L’avenir que nous construisons ensemble : croissance partagée, durabilité et solidarité », devrait renforcer davantage la coopération bilatérale avec l’Algérie « seul pays africain doté d’un partenariat stratégique (avec la Corée, Ndlr) ».
Affirmant que la Corée approfondit sa coopération dans divers domaines avec l’Algérie, le diplomate a noté qu’une réunion bilatérale des ministres des Affaires étrangères de l’Algérie et de son pays s’est tenue, au cours de laquelle «les deux parties ont échangé des points de vue sur les questions de coopération concrète et les intérêts mutuels, y compris la coopération sur la scène internationale, telle que le Conseil de sécurité de l’ONU». Il y a lieu de noter enfin que ce nouveau rapprochement entre Alger et Séoul intervient dans le contexte de l’offensive économique amorcée par Tebboune. Après la Chine, la Russie et l’Italie, l’heure est à « la conquête » sud-coréenne. Un rapprochement stratégique, puisqu’il est question de renforcer les liens à travers de solides partenariats engagés avec des puissances mondiales. 

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré