{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Dessalement d’eau de mer

Six nouvelles stations d’ici 2030

L’option de dessalement de l’eau de mer consolide la sécurité hydrique du pays dans un contexte international où la bataille de l’eau est l’un des enjeux phares.

Six nouvelles stations de dessalement de l'eau de mer, dotée d'une capacité de production de 300 000 m3/jour chacune, seront lancées en réalisation, à partir de l'année 2024. C'est ce qu'annonce, dans un entretien à l'APS, Karim Hasni, ministre des Ressources en eau et de la Sécurité hydrique. Le même responsable précise que la mise en service de ces nouvelles stations est prévue d'ici 2030. Ces stations seront implantées à Tlemcen, Mostaganem, Chlef, Tizi Ouzou, Jijel et Skikda, ajoute le premier responsable du secteur. Ces «usines» d'eau viendront s'ajouter aux cinq stations en cours de réalisation à Cap Djinet (Boumerdès), Fouka marine (Tipaza), Cap Blanc (Oran), Koudiet Eddraouch (El Tarf) et Tighremt (Béjaïa), d'une capacité de production de 300 000 m3/par jour pour chacune.
Lors d'un Conseil des ministres, le président Tebboune a mis en avant la réalisation impérative des cinq stations de dessalement de l'eau de mer, dans les délais impartis. Ce qui portera le nombre de stations de dessalement à 26. Initiée sur décision du président de la République Abdelmadjid Tebboune, la réalisation de cinq nouvelles stations de dessalement permettra, à l'horizon de 2024, d'augmenter la mobilisation des eaux de mer dessalées à 42% au lieu de 17 actuellement. Dans cet ordre d'idées, Karim Hasni s'est réjoui de l'état d'avancement de l'étape des études relatives au raccordement de ces cinq stations de dessalement de l'eau de mer à réaliser d'ici à 2024, aux réseaux de distribution. «Le projet de raccordement des nouvelles stations aux réseaux de distribution, repose sur la réalisation de grands réservoirs d'eau d'une capacité de 100 000 m3 pour chaque station, afin de faire face aux éventuels arrêts d'urgence auxquels ces stations pourraient être confrontées à l'avenir», a-t-il expliqué. Leur réalisation est confiée à l'entreprise Algerian Energy company «AEC». Alors que les travaux de raccordement de ces usines aux réseaux de distribution d'eau seront réalisés par l'entreprise l'algérienne des eaux (ADE), souligne Karim Hasni. Tandis que «l'étude pour la réalisation des travaux de raccordement de la station de Fouka marine (station Alger-ouest) aux réseaux de distribution est achevée», affirme le ministre. Après son achèvement, la production de cette station sera répartie à parts égales entre les wilayas d'Alger et de Blida, à raison d'un quota de 150 000 m3/jour pour chacune. Un projet à même d'assurer une alimentation en eau potable à plus de 6,5 millions d'habitants jusqu'aux horizons 2050. Quant à la station de Djinet (station Alger-est), le ministre indique que les offres de réalisation de l'avant-projet sont en cours d'examen. Le ministre du secteur a affirmé également la finalisation de l'étude pour la réalisation de la station de Koudia Draouch (El Tarf). Le volume de production de cette station sera partagée entre les wilayas de Annaba (170 000 m3/jour), El Tarf (80 000 m3/jour) et Guelma (50 000 m3/jour), a-t-il ajouté. En outre, des appels d'offres ont été lancés pour doter la station de Tighremt (Béjaïa) d'un système de distribution des eaux, a fait savoir le ministre, ajoutant que les offres sont en cours d'examen. Alors que les appels d'offres pour le raccordement de la station du Cap-Blanc (Oran) en système de distribution sont en cours de traitement. 

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours