{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

La fin d’un feuilleton machiavélique

L'Algérie rompt ses relations diplomatiques avec le Maroc. Le ministre des Affaires étrangères qui l'a annoncé, hier, ne l'a pas fait de gaieté de coeur. Il n'y a aucune fierté à tirer d'une décision difficile et qui marque l'Histoire de tout le Maghreb. Ramtane Lamamra n'était pas particulièrement satisfait d'en arriver à cet extrême. Mais lorsque la souveraineté, la sécurité et la stabilité de l'Algérie sont en jeu, la diplomatie se range du côté de l'intérêt supérieur de la nation.
À dérouler les épisodes du feuilleton machiavélique, imaginé par le Makhzen, on mesure l'ampleur de l'agression multiforme perpétrée par le Maroc pour saper la stabilité de l'Algérie. Lamamra en a énuméré avec méthode et minutie les étapes. Il y a eu d'abord le plénipotentiaire du Royaume qui «s'est illustré par une dérive particulièrement dangereuse et irresponsable en invoquant un prétendu «droit à l'autodétermination du vaillant peuple kabyle». À la demande d'explications formulée par l'Algérie, le Maroc a réservé un «silence assourdissant (...) qui persiste depuis le 16 juillet dernier». Une attitude qui contredit les us diplomatiques et révèle les intentions malveillantes de Rabat.
Pis encore. Pour afficher son hostilité assumée à l'égard de l'Algérie, le ministres marocain des Affaires étrangères a accordé à son homologue israélien la liberté de lancer «des accusations insensées et (des) menaces à peine voilées» contre l'Algérie à partir du Maroc. Un précédent dans les annales de la diplomatie arabe, puisque depuis 1948 aucun «membre d'un gouvernement israélien n'a jamais été entendu émettre des jugements et proférer des messages contre un pays arabe à partir du territoire d'un autre pays arabe», précise Lamamra. On pourrait se suffire de ces raisons qui justifient amplement la rupture des relations diplomatiques, puisqu'en l'espèce, le Maroc viole les dispositions de l'article 5 du Traité algéro-marocain de fraternité, de bon voisinage et de coopération. Mais le voisin de l'Ouest n'en n'a cure. Son objectif final était et est toujours le chaos en Algérie. «La collaboration active et documentée du Royaume du Maroc avec deux organisations terroristes dites MAK et RACHAD», en atteste. Ces deux organisations ont mis le feu en Algérie qui a fait 70 victimes et assassiné un innocent.
Et avant tous ces griefs retenus contre Rabat, il y a surtout le premier épisode du feuilleton malsain: l'espionnage de responsables algériens via le programme israélien Pegasus. Les citoyens qui ont suivi d'heure en heure ces agressions marocaines et qui ont répondu par la puissance de leur solidarité, se félicitent que leur Etat mette un point final à ce scénario diabolique.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours