{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Les fruits marocains de la normalisation

L'emprise sioniste revêt une dimension honteuse au royaume de Mohamed VI, en témoigne la manifestation qui a drainé, hier, des centaines de personnes pour réitérer leur condamnation de la normalisation et dénoncer le diplomate en chef sioniste au Maroc, David Govrin, accusé par la presse sioniste elle-même de nombreuses violences sexuelles. Dans les slogans de la foule, il a été également question du chef de la diplomatie du Makhzen, Nasser Bourita, en tant qu'artisan de la normalisation et de ses conséquences «hideuses». Un militant du Front marocain pour la Palestine et contre la normalisation, Amine Abdelhamid, a justifié la volonté inébranlable de protester contre les conséquences directes et indirectes de la normalisation dont les voies de fait sexuelles du «responsable du bureau de liaison» sioniste au Maroc. «La dignité du Maroc n'est pas à vendre, la normalisation doit cesser» ont proclamé, haut et fort, les Marocains indignés, bravant une fois de plus le dispositif policier renforcé devant le Parlement. Voici une semaine, la chaîne publique sioniste Kan avait révélé qu'une délégation du MAE sioniste était à Rabat pour enquêter sur les abus sexuels commis par un «diplomate expérimenté» de 59 ans, envers des Marocaines de tout âge. Harcèlement sexuel et attentat à la pudeur figurent aussi au palmarès de ce diplomate de haut vol. À ces méfaits, s'ajoutent d'autres tels que des malversations notoires et, surtout, la disparition d'un cadeau royal de Mohamed VI, à la faveur de la «fête de l'indépendance» de l'État sioniste (sic), cadeau dont le sus-nommé David Govrin a «oublié» la remise à son gouvernement, comme l'exige l'étiquette. Ce n'est d'ailleurs pas la première fois que ce genre d'oubli arrive, tant les hauts fonctionnaires sionistes ont la mémoire qui flanche en la matière, une ancienne ministre des AE ayant été malmenée par la justice de l'État hébreu pour le même motif. Depuis décembre 2020 et le marché conclu avec l'administration Trump qui a reconnu une prétendue «souveraineté» du royaume marocain sur le Sahara occidental, en échange de la normalisation avec l'entité sioniste, le Makhzen a surenchéri dans tous les domaines et, surtout, dans le domaine militaire pour s'affubler du bouclier sioniste dans la région, grâce au flux densifié des visites bilatérales. À cet égard, le chef-adjoint des Forces armées marocaines (FAR) Belkhir al-Farouk est pressenti à Tel-Aviv, la semaine prochaine, pour enfoncer le clou dans une relation très particulière.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré