{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Il n'en restera qu'un!

Le processus constitutionnel pour l'élection présidentielle du 7 septembre prochain démarre aujourd'hui. La convocation du corps électoral enclenche la machine institutionnelle et met l'ensemble de la communauté nationale dans un «espace-temps» assez particulier où il sera difficile de prendre une posture désintéressée. En effet, quelle que soit l'idée que l'on se fait de ce rendez-vous électoral, il est clair qu'il meublera la vie de tous les Algériens, tout le temps que dureront les étapes du processus, jusqu'à l'annonce des résultats finaux. Cette pression sera, reconnaissons-le, plus prégnante sur les épaules des prétendants à la magistrature suprême. Parmi cette catégorie de citoyens, il en est qui attendent avec une pointe d'impatience la distribution des imprimés portant parrainage des citoyens. C'est le premier étage de la «fusée présidentielle». C'est également, entendons-nous bien, le premier filtre, destiné à élaguer les candidatures fantaisistes. Beaucoup abandonneront la course à cette première étape du processus électoral. Mais parmi ces Algériens, il en est qui s'appuient sur de véritables partis politiques. Petits, mais tout de même porteurs d'un discours et d'un programme. Pour la prochaine échéance, un intéressant phénomène a vu le jour, celui des Alliances. Bien qu'on n'en dénombre pas beaucoup, il reste que deux coalitions de partis ont formulé leur ambition de présenter leurs propres candidats respectifs. Soutenus par un certain nombre de formations politiques, des petits candidats auront la chance d'être autrement plus visibles que s'ils se présentaient en solo. Une garantie contre l'anonymat et une véritable chance d'accumuler une précieuse expérience en politique.
Mais quelle que soit la taille de la coalition, si les partis ne sont pas représentés dans les assemblées élues, leurs militants devront s'engager, dans les jours qui viennent, dans un épuisant marathon à la recherche des parrainages de citoyens. Ce qui promet une période on ne peut plus «agitée», avec son concert de fausses informations et de complots de toutes natures. C'est le lot de n'importe quel rendez-vous politique majeur. Les Algériens, qui ont réussi un magnifique Mouvement populaire, savent s'y prendre avec ce genre d'évènements. Ils l'ont prouvé dans un passé récent. Ils feront front contre les ennemis de leur pays. Ce n'est pas une vue de l'esprit, ni du complotisme à deux balles. En Algérie, on connaît la direction du vent. Au final, on sait qu'il n'en restera qu'un. Quelle que soit son identité, ce sera un Algérien!

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré