{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Toutes les conditions réunies pour atteindre l'objectif des 3 mns d'hectares de superficies dédiées à la céréaliculture

 Le ministre de l'Agriculture et du Développement rural, Youcef Cherfa a affirmé, samedi à Alger, que toutes les conditions étaient réunies pour atteindre l'objectif visant à porter les superficies dédiées à la céréaliculture à 3 millions d'hectares, notamment après la mise à disposition par l'Etat des semences et des engrais.Le ministre est intervenu alors qu'il présidait une réunion de travail avec les cadres du secteur, consacrée au débat et à l'évaluation des différents programmes sectoriels, notamment en ce qui concerne la campagne des Labours-Semailles 2023-2024, ainsi que le système de régulation des produits agricoles à forte consommation, en présence du PDG du Groupe Industriel Engrais et Produits Phytosanitaire "ASMIDAL", Mohamed Taher Heouaïne, du Secrétaire général de l'Union nationale des paysans algériens (UNPA), Abdellatif Dilmi, du président de la Chambre nationale d'Agriculture, Yazid Hambli, des directeurs des services agricoles, des directeurs des instituts techniques et de recherche relevant de la tutelle, ainsi que des directeurs des offices et complexes économiques. Le ministre a appelé les directeurs des services agricoles à "assumer leurs responsabilités et à travailler sur le terrain" pour atteindre l'objectif d'élargir à 3 millions d'hectares, les superficies dédiées à la culture de blé dur et tendre et d'orge, objectif "souligné par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, notamment lors des assises nationales d'Agriculture".Même si la campagne des Labours-Semailles de cette année a enregistré un "retard", cet objectif "ne sera pas remis en question", selon le ministre qui a donné des instructions pour rattraper le retard dans un délai d'"un mois".Dans ce contexte, Cherfa a salué les "décisions historiques" prises par le président de la République au profit du secteur agricole depuis 2020, que ce soit en termes de dispositifs de soutien et d'accompagnement en faveur des agriculteurs et des éleveurs ou de facilitations prévues en faveur des investisseurs, affirmant que ces décisions avaient permis de répondre aux principales préoccupations dont souffrent les agriculteurs.Il a, également, souligné l'importance de "rectifier" certains objectifs, la méthodologie de travail et les délais propres à chaque dossier au niveau de son département ministériel, tout en intensifiant les efforts pour accélérer le rythme de réalisation et le suivi minutieux et sur le terrain, notamment l'accompagnement de l'agriculteur dans le processus de production.D'autre part, le ministre a souligné la nécessité de travailler à l'extension des superficies consacrées à la culture des légumineuses sèches à 150.000 hectares, et d'atteindre les 45.000 hectares de superficies consacrées au tournesol pour les plantes oléagineuses, avec le lancement du programme de production de betterave sucrière dans le cadre des grands investissements dans les wilayas du Sud. Cherfa a, également, souligné dans son intervention la nécessité de travailler à l'extension d'un million d'arbres supplémentaires des plantations d'oliviers, et du programme de plantation d'un million de palmiers dattiers dans le cadre de l'augmentation des capacités de production dans ces deux filières. Concernant l'extension des superficies irriguées, il a souligné la nécessité d'intensifier les efforts cette saison pour atteindre 1,6 million d'hectares dans le cadre du programme arrêté qui vise à atteindre 2,3 millions d'hectares en 2030, en travaillant à la mise en œuvre de la stratégie d'utilisation des eaux des stations d'épuration, ainsi que la poursuite de l'extension de l'énergie électrique et l'intensification du programme de forage de puits, notamment dans le Sud, pour accompagner les grands investissements.Dans ce cadre, Cherfa a révélé que le cadre juridique relatif à la création d'un couloir vert spécifique aux grands investissements agricoles dans le Sud, au niveau de l'Office de développement de l'agriculture industrielle en terres sahariennes, pour faciliter l'obtention par les investisseurs du foncier agricole, des permis de forage de puits et du raccordement à l'électricité, sera publié avant la fin de l'année 2023 après son examen au niveau du gouvernement.Il a, en outre, appelé à travailler à un meilleur accompagnement des exploitations agricoles pilotes, rappelant l'importance de l'opération de recensement général de l'agriculture qu'il a qualifiée de "stratégique" pour l'économie nationale, de par sa contribution à la mise à jour de toutes les données et informations relatives au secteur.De son côté, Dilmi a présenté les principales difficultés auxquelles sont confrontés les agriculteurs, notamment en ce qui concerne la distribution des semences, des engrais, des médicaments et du fourrage, tandis que Hambli a souligné l'importance de l'intensification des efforts pour atteindre les objectifs fixés, dans le contexte des changements climatiques "qui ont accru la difficulté des défis". Quant à Heouaïne, il a confirmé la disponibilité de 75.000 tonnes d'engrais dans les entrepôts, ce qui permet, selon lui, de couvrir les besoins nationaux, soulignant que le complexe "Asmidal" visait à produire 250.000 tonnes d'engrais en 2024.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré