{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Pour défendre le plan de cessez-le-feu à Ghaza

9e visite de Blinken au Moyen-Orient

Lundi, le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté par 14 voix et une abstention, celle de la Russie, le projet de résolution américain.

Le secrétaire d’Etat américain, Antony Blinken, a poursuivi hier sa 9ème tournée au Moyen-Orient destinée à défendre un plan de cessez-le-feu dans la bande de Ghaza, où quatre soldats sionistes ont été tués dans des combats. En Israël, le chef de la diplomatie américaine a souligné que le Premier ministre, Benjamin Netanyahu, lui avait «réaffirmé son engagement» pour un cessez-le-feu, après plus de huit mois d’agression barbare contre le territoire palestinien. Blinken a aussi qualifié de «signe encourageant» la réaction du mouvement de résistance palestinien après l’adoption lundi, par le Conseil de sécurité de l’ONU, d’une résolution américaine soutenant le plan annoncé le 31 mai par le président Joe Biden.»Tout le monde a dit oui», a-t-il affirmé, ajoutant que si le mouvement n’acceptaitpas cette proposition, un échec serait «clairement» de sa responsabilité. Le secrétaire d’Etat est arrivé en début d’après-midi en Jordanie pour une conférence internationale visant à mobiliser des fonds pour l’aide humanitaire dans le territoire palestinien assiégé par Israël, où l’ONU s’inquiète des risques de famine. De nouvelles frappes sionistes ont visé samedi la bande de Ghaza, notamment le centre où des sources hospitalières ont fait état de Palestiniens tués. L’armée sioniste a annoncé la mort de quatre soldats, trois appelés de 19 et 20 ans et un commandant d’active de 24 ans, tués dans des combats la veille dans le sud. Au total, selon elle, 298 soldats israéliens ont été tués depuis le début de l’agression au sol dans la bande de Ghaza le 27 octobre. Lors de sa huitième tournée régionale depuis le début de la guerre le 7 octobre, Blinken a rencontré hier à Tel-Aviv Benny Gantz, membre démissionnaire du cabinet de guerre israélien, puis le chef de l’opposition, Yaïr Lapid. Lundi, le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté par 14 voix et une abstention, celle de la Russie, le projet de résolution américaine soutenant le plan visant à établir par étapes un cessez-le-feu permanent à Ghaza. Ce plan prévoit, dans une première phase, un cessez-le-feu de six semaines accompagné d’un retrait israélien des zones densément peuplées de Ghaza, de la libération de certains prisonniers sionistes et de prisonniers palestiniens dans les geôles israéliennes. Le Hamas a dit accueillir «favorablement» un certain nombre d’éléments figurant dans la résolution. Mais après l’annonce du plan, le mouvement avait réitéré ses exigences d’un cessez-le-feu définitif et d’un retrait total des soldats sionistes de la bande de Ghaza. Israël de son côté refuse de mettre fin à l’agression génocidaire. La feuille de route avait été présentée par Joe Biden comme émanant d’Israël mais jusqu’à présent, le gouvernement Netanyahu ne l’a pas formellement reconnue. Benjamin Netanyahu a subi un revers politique avec la démission dimanche du cabinet de guerre du centriste Benny Gantz. 274 Palestiniens sont tombés en martyrs lors de cette agression contre le camp de Nuseirat.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré