{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Des milliers d’Israéliens demandent des élections anticipées

Frappes meurtrières sionistes à Ghaza

Dans le territoire palestinien, des témoins ont fait état dans la nuit de frappes israéliennes dans un contexte d’une pause observée par l’armée dans un secteur du sud.

L'armée sioniste a mené hier des bombardements meurtriers sur plusieurs secteurs de la bande de Ghaza, les plus violents ayant touché la ville de Rafah dans le sud du territoire palestinien dévasté par plus de huit mois de frappes aériennes et terrestres. Hier, la défense civile locale a annoncé que13 Palestiniens sont tombés en martyrs dans des bombardements sionistes sur le camp de Nousseirat (centre). Des milliers d'Israéliens ont manifesté lundi soir pour demander la tenue d'élections anticipées, reprochant au Premier ministre Benjamin Netanyahu sa gestion de la guerre à Gaza et son échec à rapatrier des «dizaines» d'otages encore aux mains du Hamas. Dans la nuit, la police israélienne a fait état, dans un communiqué, de neuf interpellations, certaines liées selon elle à des violences contre les forces de l'ordre, et indiqué que des policiers avaient été «légèrement blessés». Pendant ce temps, dans le territoire palestinien, des témoins ont fait état dans la nuit de frappes israéliennes dans un contexte d'une pause observée par l'armée dans un secteur du sud. Cette pause, dont l'annonce a coïncidé dimanche avec le premier jour de l'Aïd al-Adha, la fête musulmane du sacrifice, a en théorie pour but de faciliter l'acheminement de l'aide dont les Ghazaouis ont cruellement besoin.
Fait rare en plus de huit mois d'agression sanglante, des milliers d'Israéliens ont manifesté lundi soir à proximité de la résidence du Premier ministre Benjamin Netanyahu et de la Knesset (Parlement).»Je suis content de voir que les gens se sont déplacés. Et j'espère que cela se poursuivra. Un siège devrait être imposé, sur la Knesset. Nous devons paralyser le pays pour faire chuter le gouvernement», a déclaré Yaacov Godo, dont le fils Tom a été tué le 7 octobre. Cette manifestation intervient environ une semaine après la démission du cabinet de guerre des dirigeants centristes Benny Gantz et Gadi Eisenkot, deux anciens chefs de l'armée, ce qui a entraîné la dissolution de cette instance mise sur pied après l'attaque du 7 octobre. Malgré le départ de ces deux figures de l'opposition, qui avaient rejoint le gouvernement en signe d'unité après les attaques du Hamas, Benjamin Netanyahu et ses alliés conservent leur majorité à la Knesset.»Chacune des actions (de M. Netanyahu) va dans le sens de la destruction d'Israël. Il est responsable de ce qui s'est passé le 7 octobre», a accusé Moshe Sandarovich, 73 ans, ingénieur à la retraite. Un haut responsable israélien impliqué dans les négociations a déclaré qu'Israël savait avec certitude que des «dizaines» d'otages retenus à Ghaza étaient en vie. «Nous ne pouvons pas les laisser là-bas longtemps, ils vont mourir», a ajouté ce responsable sous couvert d'anonymat car n'étant pas autorisé à s'exprimer publiquement sur la question.
A Ghaza, l'armée sioniste a annoncé une pause «de 08H00 à 19H00» (05H00 à 16H00 GMT) jusqu'à nouvel ordre, sur un tronçon routier d'une dizaine de km allant du point de passage israélien de Kerem Shalom, à l'extrémité sud du territoire, jusqu'à l'Hôpital européen de Rafah, un peu plus au nord. L'ONU a demandé que cette pause «conduise à d'autres mesures concrètes» pour faciliter les livraisons, et réclamé une nouvelle fois la levée «de tous les obstacles» à l'acheminement de l'aide sur le terrain où la population n'a pas le coeur aux célébrations. A la frontière entre Israël et le Liban, «le risque d'erreurs de calcul conduisant à un conflit soudain et plus vaste est bien réel», ont d'ailleurs prévenu la coordinatrice spéciale des Nations unies pour le Liban, Jeanine Hennis-Plasschaert, et le chef de la Force intérimaire des Nations unies au Liban (Finul), Aroldo Lazaro. Lundi, l'armée sioniste a annoncé avoir tué Mohammad Mustafa Ayoub, un autre membre important du Hezbollah, responsable selon elle de tirs de roquettes et de missiles dans la région de Selaa, dans le sud du Liban. Le Hezbollah a confirmé la mort de ce combattant. L'envoyé spécial du président américain Joe Biden, Amos Hochstein, est arrivé lundi en Israël pour faire pression en faveur d'une désescalade avec le Liban.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré