{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Chanegriha lors de la seconde étape de l’exercice «RADAA 2021»

«L’ANP a une supériorité stratégique dans la région»

Mercredi, le général de corps d’armée, Saïd Chanegriha, a supervisé la première phase de l’exercice cité plus haut, exécuté par des unités relevant de la Façade maritime ouest.

Le général de corps d'armée, Saïd Chanegriha, chef d'état-major de l'Armée nationale populaire, a poursuivi sa visite d'inspection et de travail pour le troisième jour, jeudi dernier, à la deuxième Région militaire où il a supervisé la seconde phase de l'exercice naval combiné «Radaa 2021». L'exercice en question prévoit des tirs de missiles et de torpilles sur une cible terrestre, exécutés par l'équipage du sous-marin Djurdjura, relevant de nos Forces navales. À l'issue de cet exercice, le général de corps d'armée a rencontré les cadres et les personnels de la Façade maritime ouest, où il a prononcé une allocution d'orientation, dans laquelle il a souligné: «J'ai affirmé plusieurs fois, et à maintes occasions, que le développement de nos capacités opérationnelles et de combat de notre corps de bataille, et le rehaussement de l'ensemble des composantes de nos Forces armées, est l'objectif principal fixé par l'Armée nationale populaire», et d'ajouter, à ce même propos, «nous travaillons à sa mise en oeuvre sur le terrain, à travers tous ces efforts inlassables, fournis avec persévérance et détermination».
L'objectif, a-t-il soutenu, est «de permettre aux personnels de l'Armée nationale populaire de mener, avec sérieux et rigueur, leurs nobles missions constitutionnelles, qui consistent en la protection de nos vastes frontières nationales, nos espaces maritime et aérien et la préservation de notre souveraineté et de notre unité territoriale et populaire». Affirmant qu'il est du droit de l'Algérie nouvelle d'avoir une armée forte, développée, professionnelle, qui doit être, exige le chef d'état-major, «capable de jouer pleinement son rôle indéniable en tant que puissance régionale, crainte de ses ennemis, lui assurant en permanence une supériorité stratégique dans la région», une armée capable, enchaîne l'hôte de la deuxième Région militaire, «en tout temps et en toutes circonstances, de préserver l'héritage des valeureux martyrs».
Selon lui, «c'est dans ce but que l'Armée nationale populaire, digne héritière de l'Armée de libération nationale, s'attelle, sans relâche, nuit et jour, et tout au long de l'année, au développement de nos capacités défensives pour faire face aux nouveaux défis, et préserver les intérêts vitaux de la nation». Le général de corps d'armée a également ajouté que «le président de la République, ministre de la Défense nationale, exprime un grand soutien et une attention continue, aux forces de l'ANP et veille personnellement à réunir les conditions leur permettant de se mettre au diapason des nouveaux développements et avancées que connaît le monde d'aujourd'hui». Il ne manquera pas non plus de soutenir que «la flotte maritime a réussi à disposer de tous les facteurs de force et de modernité et à maîtriser les technologies développées et modernes, devenant ainsi un exemple à suivre, en termes de professionnalisme». Ce qui a permis, souligne encore le chef d'état-major, «la maîtrise totale et l'exploitation exemplaire de cette arme navale stratégique et bien d'autres moyens et équipements de pointe qui, comme vous le savez, revêtent une importance capitale et certaine dans le renforcement des Forces navales et dans la consolidation de notre présence dans le bassin méditerranéen». À noter que la veille, le général de corps d'armée a supervisé la première phase de l'exercice cité plus haut, exécuté par des unités relevant de la Façade maritime ouest. Cet exercice s'inscrit dans le cadre de l'entraînement des unités et formations navales aux actions de combat proches des conditions réelles, outre l'évaluation du degré de maîtrise des systèmes d'armement modernes et permettre aux formations navales, notamment les sous-marins, de montrer leurs capacités au combat. Le général de corps d'armée s'est déplacé au bâtiment de commandement et de déploiement des forces, «Kalaât Beni Abbès», d'où il a supervisé le déroulement de cet exercice qui a été ponctué par des tirs de missiles et de torpilles lancés à partir du sous-marin Djurdjura contre des objectifs maritimes. 

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours