{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Maître Chaabane Zerrouk, ancien membre du Conseil supérieur de la magistrature, à L’Expression

«L’initiative algérienne est une première dans l’Histoire»

De même qu'on ne parle pas de stratégie militaire devant un général, il est également déconseillé de se lancer dans des dissertations juridiques devant un professionnel du droit. On doit les écouter. D'ou tout l'intérêt de cet entretien rapide avec Maître Chaabane Zerrouk, cet énarque qui a occupé de hautes fonctions de l'État de rang de ministre. Pour cette conférence internationale qui rassemble, aujourd'hui à Alger, des magistrats, des avocats et des experts en droit international de plusieurs pays, Chaabane Zerrouk insiste d'abord sur le fait que l'initiative du Président algérien, Abdelmadjid Tebboune,est une première dans les annales de l'histoire juridico-judiciaire du monde. C'est, en effet, la première initiative au niveau régional qui vise a engager la bataille juridique contre l'occupant sioniste et traduire ses responsables devant la CPI. Notre magistrat note, par ailleurs, que les massacres génocidaires du peuple palestinien ont démontré encore une fois, aux yeux du monde, les limites des actions humanitaires menées par les institutions onusiennes et même celles des ONG. Maître Zerrouk explique aussi que ces mécanismes internationaux sont minés par des lobbies sionistes qui les manipulent à leur guise. «Le monde doit changer carrément de paradigme pour sauver l'humanité des risques d'embrasement généralisé», a-t-il averti.

L'Expression: L'Algérie travaille à la formation d'une coalition juridique internationale en vue de juger les dirigeants d'Israël pour le génocide commis contre le peuple palestinien à Ghaza. Quelles sont les étapes que suivent les procédures de dépôt de plainte?
Maître Chaabane Zerrouk: L'Algérie fidèle à ses principes fondamentaux de défense des droits de l'homme et des peuples et, notamment à la cause sacrée palestinienne, a pris l'initiative heureuse de former une coalition juridico-judiciaire en vue d'ester les responsables israéliens devant la Cour pénale internationale (CPI) pour les crimes contre l'humanité commis contre le peuple palestinien à Ghaza.
La Cour pénale internationale peut être saisie suivant diverses procédures: elle peut être saisie par un État signataire du Traité de Rome; elle peut aussi être saisie par le Conseil de sécurité de l'ONU; elle peut, enfin être saisie par le procureur qui estime que l'ouverture d'une enquête est impérative.
Au-delà des instances habilitées à saisir la CPI et des procédures y afférentes, l'initiative algérienne aura le grand mérite de démontrer à la face du monde, les limites scandaleuses d'intervention des institutions onusiennes et de l'ONU devant les atteintes innommables aux droits de l'homme et des peuples.

Une conférence juridique intitulée «Justice pour le peuple palestinien» sera organisée en réponse à l'appel lancé par le président de la République Abdelmadjid Tebboune. Quel sens donnez-vous à cette conférence internationale?
L'initiative présidentielle algérienne est une première dans les annales de l'histoire juridico-judiciaire du monde en ce qu'elle met les chefs d'État et de gouvernement du monde entier devant leur responsabilité face aux crimes contre l'humanité d'une part et face aux institutions internationales frappées d'obsolescence,d'anachronisme et d'impérities pour mettre fin à ces périls gravissimes et scandaleux, attentatoires au droit à la vie d'autre part.

Dans quelle mesure les organisations internationales, y compris celles présentes dans les pays alliés d'Israël, soutiendront-elles cette initiative?
Ces massacres génocidaires du peuple palestinien ont démontré encore une fois, aux yeux du monde, les limites des actions humanitaires menées par les institutions onusiennes et même celles des ONG.Il faut reconnaître que ces mécanismes internationaux sont minés par des lobbies sionistes qui les manipulent à leur guise.Le monde doit changer carrément de paradigme pour sauver l'humanité des risques d'embrasement généralisé.

Amnesty International et les Nations unies sont déjà informées des massacres que commet l'entité sioniste. Comment les rallier à la démarche de l'Algérie?
La France, terre des libertés et des droits de l'homme comme elle le prétend, est en train de glisser sur la pente savonneuse du reniement et du renoncement à ses normes et valeurs fondatrices, celles de sa glorieuse Révolution de 1789. D'où la nécessité vitale pour la France d'un ressaisissement urgent et total dans sa politique nationale et internationale en matière de respect de l'expression démocratique et des droits de l'homme.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré