{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Oran

Les ravages du tabagisme

Actuellement, il n’existe aucun dépistage précoce pour le cancer provoqué par la consommation du tabac.

Le tabagisme est l'une des plus graves menaces ayant jamais pesé sur la santé publique mondiale. Les coûts économiques du tabagisme sont considérables. Il s'agit à la fois de coûts substantiels qu'entraîne le traitement des maladies causées par le tabagisme et du capital humain perdu à cause de la morbidité et de la mortalité, imputables au tabac. «Les infections de l'ORL, et plus précisément le cancer de la gorge, sont en hausse constante». C'est ce qu'a indiqué l'oncologue médicale près l'EHU-1er -Novembre 1954, le professeur Hakima Kehili. Cette dernière tire la sonnette d'alarme. Pour cette spécialiste, il s'agit précisément de cette pathologie infectant la gorge qui continue à prendre des courbes jugées non moins inquiétantes. Selon la même source, «le service d'oncologie médicale de l'EHU enregistre chaque semaine entre cinq et six cas de cancer de la gorge». Cette maladie, qui est toutefois traitée au niveau du même service, n'est, selon la même spécialiste, pas moins grave. «Il s'agit d'un type de cancer assez virulent», a précisé le dit prof, soulignant que «cette pathologie n'épargne aucune tranche d'âge ni aucune catégorie de société». «Il se répand en particulier chez une population âgée entre 45 et 70 ans», a-t-elle affirmé, précisant que «ce type de cancer touche aussi bien les hommes que les femmes».
La même spécialiste semble avoir identifié les sources du mal. «Il s'agit de la consommation excessive de tabac et d'alcool», a-t-elle fait savoir. «Ces dernières années, nous constatons que ce type de cancer touche de plus en plus de jeunes sujets», déplore-t-elle. «Si le tabagisme précoce chez les jeunes constitue l'un des premiers facteurs contribuant à la propagation du ce type de cancer, le tabagisme passif n'est pas en reste», a fait savoir la spécialiste. Autrement dit, le fumeur allumant sa cigarette expose au danger son voisin non-fumeur. Par ailleurs, nombreux sont les signes et les alertes renseignant sur la maladie liée au cancer de la gorge. Il s'agit essentiellement de changements inexpliqués dans la voix, l'enrouement, la voix rauque, l'augmentation de volume des ganglions, la persistance du mal de la gorge, la déglutition douloureuse ou difficile, la douleur à l'oreille, la respiration difficile, la toux accompagnée, dans plus d'un cas, de saignements, en plus de la perte inexpliquée de poids. Dans le volet lié à la prise en charge des malades atteints du cancer de la gorge, les spécialistes prennent en compte qu'il s'agit de la maladie de l'ORL. Comme premier traitement, ils recourent très souvent à la radiothérapie. «Nous avons depuis peu, introduit également dans la stratégie de prise en charge, la chimiothérapie comme traitement d'accompagnement de la radiothérapie», a fait savoir le professeur Hakima Kehili, déplorant, par là même «l'absence totale de dépistage». «Le problème réside dans le fait qu'aucun dépistage précoce n'existe actuellement pour ce type de cancer», regrette-t-elle, plaidant «la nécessité d'agir sur les facteurs de risque, arrêter la consommation de cigarettes, d'alcool et de tabac à chiquer». «Il est plus qu'impératif de prendre en compte la présence des signes anormaux», a préconisé la même spécialiste. «Il est également important de consulter un médecin et subir les examens adéquats déterminant la cause de ces symptômes», a-t-elle ajouté, précisant que «les fumeurs et les personnes à risque doivent être particulièrement attentifs et consulter un médecin si les symptômes persistent plus de deux semaines».

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré