{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

L'expert international Leghliel met à nu le rapport tendancieux de la Banque mondiale

Le dernier rapport de la Banque mondial sur l'Algérie a été complétement démonté par l'expert international en énergie et Bourse, Nouredine Leghliel, qui a présenté les indicateurs macroéconomiques favorables à la relance de l'économie nationale. Argument à l'appui, Leghliel a rejeté en bloc, dans un entretien accordé au journal électronique "Algérie 54", les conclusions de l'institution de Bretton Woods, quant à un prétendu "séisme dévastant" Alger. L'expert algérien établi en Suède a souligné, dans ce sens, que sur le plan macroéconomique "les indices sont favorables" avec un léger excédent budgétaire, une balance commerciale excédentaire, une stabilité des réserves de change, une baisse des importations et une légère hausse des exportations hors-hydrocarbures. Il a également évoqué la croissance économique de 6% enregistré au 3ème trimestre de 2021. A tous ces signes positifs, l'expert ajoute l'absence d'endettement étranger. "Tous ces indices sont positifs pour une reprise de la croissance économique en Algérie, malgré l'impact de la crise sanitaire qui continue d'affecter la planète d epuis deux années", a-t-il affirmé. A propos de l'inflation, M. Leghliel a fait constater que le phénomène n'a épargné aucun pays. Le phénomène a frappé tous les pays y compris les grandes économies mondiales, en raison de la situation sanitaire qui a entrainé une hausse vertigineuse des matières premières, a estimé l'expert. Pour étayer ses propos, l'expert a cité les Etats-Unis, la première économie mondiale, qui a enregistré une inflation de 6,2%. Egalement l'Allemagne, première économie européenne et troisième au niveau mondial qui a vu son taux d'inflation grimper à 5,3%. Pour faire face à l'inflation, de nombreux pays avaient eu recours à la planche à billets, "sans que les médias de la Mainstream n'aient eu osé le souligner", a-t-il dénoncé. Au terme de son analyse, l'expert Nouredine Leghliel a mis en garde les économistes algériens contre les notes et les conclusions des organismes français, qui s'éternisent à véhiculer une image sombre lorsqu'il s'agit de l'Algérie.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours