{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Alors que le conseil de sécurité se penche sur la situation à Ghaza

Un raid sioniste à Naplouse fait 3 morts

Compte tenu du veto dont disposent les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la France pour bloquer toute condamnation de l'entité sioniste, il est évident que la réunion du Conseil de sécurité va se limiter à de pieuses recommandations...

Le Conseil de sécurité de l'ONU s'est réuni, lundi soir, pour discuter en urgence de la situation à Ghaza, plusieurs membres soulevant leurs inquiétudes malgré la trêve entre le Jihad islamique et l'entité sioniste, après trois jours de raids israéliens meurtriers. S'exprimant par vidéo à l'ouverture des discussions, l'émissaire de l'ONU pour le Proche-Orient Tor Wennesland a mis en garde contre une reprise des hostilités qui auraient des conséquences «dévastatrices»: «Le cessez-le-feu est fragile», a-t-il insisté. «Nous sommes très préoccupés par les événements qui pourraient conduire à la reprise d'une confrontation militaire à part entière et à l'aggravation d'une situation humanitaire déjà terrible à Ghaza», a déclaré de son côté l'ambassadeur russe Vassily Nebenzia. La trêve est entrée en vigueur à 23h30 locales, dimanche et a été négociée par l'Egypte, intermédiaire historique entre l'entité sioniste et les groupes armés palestiniens, mais les deux belligérants ont toutefois indiqué se réserver le droit de répondre en cas de violation par l'autre partie. L'armée sioniste a présenté son opération lancée vendredi comme une «attaque préventive» contre le Jihad islamique, au cours de laquelle ses principaux chefs militaires à Ghaza, Tayssir Al-Jabari et Khaled Mansour, ont été tués.
46 Palestiniens dont 16 enfants tués Sauf qu'entre le début de cette agression sioniste et dimanche soir, 46 Palestiniens dont 16 enfants sont morts et 360 ont été blessés, a indiqué le ministère de la Santé à Ghaza. Les autorités israéliennes ont osé prétendre que certains Palestiniens tués auraient «péri à cause de tirs de roquettes ratés du Jihad islamique vers Israël, tombées dans l'enclave palestinienne». «L'évaluation des incidents par l'ONU est en cours», a noté Tor Wennesland, indiquant qu'«environ 20%» des 1 100 roquettes (...) tirées par les groupes armés palestiniens pourraient être tombées dans la bande de Ghaza. L'ambassadeur sioniste à l'ONU a accusé le Jihad d'utiliser les habitants de Ghaza comme «bouclier humain», une rengaine devenue commune avec le conflit en Ukraine. «Si le Conseil veut vraiment améliorer la situation à Ghaza», affirme-t-il, «il doit y avoir un seul résultat, condamner le Jihad islamique palestinien et rendre les terroristes entièrement responsables des meurtres de Palestiniens innocents», a-t-il asséné aux membres du Conseil de sécurité. «Ce Conseil devrait être capable de s'unir et de désavouer sans réserve le terrorisme du Jihad islamique palestinien, et ses actions dangereuses qui mettent des vies de civils en danger de deux côtés», a abondé dans le même sens l'ambassadrice américaine Linda Thomas-Greenfield, soutenant «le droit d'Israël à défendre sa population».
«Trop c'est trop!»
Selon plusieurs sources diplomatiques, aucune déclaration du Conseil de sécurité n'est toutefois prévue à l'issue des consultations à huis clos du Conseil de sécurité qui ont commencé après ce débat public. «Êtes-vous prêts à dire ‘'trop c'est trop?''», a malgré tout lancé l'ambassadeur palestinien Riyad Mansour, dénonçant une «agression injustifiée» de la part de l'occupant sioniste. «Combien d'enfants supplémentaires devons- nous enterrer avant que quelqu'un ne dise ‘'trop c'est trop ‘'?». Compte tenu du veto dont dispose les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la France pour bloquer toute condamnation de l'entité sioniste, il est évident que la réunion du Conseil de sécurité va se limiter à de pieuses recommandations sans aucune incidence sur la politique de l'Etat hébreu habitué à une impunité totale et à la poursuite de son expansionnisme brutal, synonyme de négation graduelle du peuple palestinien.
C'est ainsi que trois Palestiniens sont tombés, hier, en martyrs, et 40 autres ont été asphyxiés, dont quatre gravement blessés lors d'un raid de l'armée d'occupation sioniste contre la ville de Naplouse, en Cisjordanie occupée, rapporte l'agence palestinienne de presse, Wafa. Selon le ministère palestinien de la Santé, trois Palestiniens ont été tués lors de l'agression sioniste dans le centre de Naplouse. Quarante autres ont également été blessés, dont quatre sont dans un état critique, a ajouté Wafa, citant le ministère palestinien de la Santé et des sources médicales de l'hôpital de Rafidia, lors de l'invasion de l'armée d'occupation sioniste contre la vieille ville de Naplouse.
Les forces d'occupation sionistes qui ont pris d'assaut la vieille ville de Naplouse ont ciblé des bâtiments par des missiles, selon l'agence de presse.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours