{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Tombé au champ d'honneur le 18 janvier 1955

Didouche Mourad revisité à Aghribs

Didouche Mourad est né à El Mouradia, à Alger, en 1927 et mort à Constantine au champ d’honneur le 18 janvier 1955.

Le village Ibeskriene se remémore son enfant qui a donné sa vie pour l'Algérie, après avoir été l'un des Six qui ont mis le colonialisme à nu et exposé au monde son horreur par une guerre qui aura duré suffisamment de temps pour convaincre l'humanité de «l'inhumain visage» de l'un des plus abjects des colonialismes de peuplement. Cette petite bourgade a vécu, ce dimanche 18 janvier, une journée particulière et surtout très chargée d'émotion, de fierté et d'histoire. Aux côtés des représentants de l'État, des moudjahidine, et des citoyens, Ibeskriene ont rendu un vibrant hommage à Didouche Mourad, dont les parents sont partis de cette localité.
Dès les premières heures de la matinée, ce petit mais beau village situé sur les hauteurs des Aït Jennad se préparait à accueillir les visiteurs. Les jeunes, les moudjahidine de l'ONM et des enfants de chouhada de la commune étaient déjà prêts à recevoir les délégations qui n'ont d'ailleurs pas tardé à arriver. À sa tête, le wali de Tizi Ouzou, Djilali Doumi, la délégation venue du chef-lieu de wilaya comprenait de nombreuses personnalités historiques à l'instar de Ouali Ait Ahmed en plus des responsables des organisations de moudjahidine et des enfants de chouhada, le responsable et les cadres du musée ainsi que la direction de la culture.
Après la cérémonie de dépôt d'une gerbe de fleurs conduite par le wali, des personnalités historiques ont pris la parole pour retracer le parcours de cet homme. Ouali Ait Ahmed qui a été secrétaire du poste de commandement d'Amirouche Ait Hamouda. D'autres moudjahidine ont évoqué le combat pour l'Indépendance et le sacrifice d'un million et demi de valeureux hommes et de valeureuses femmes pour que vive l'Algérie digne et libre. Les citoyens du village ont écouté avec attention et surtout avec fierté les intervenants qui ont ainsi tenu à transmettre le flambeau, en se remémorant des hommes exceptionnels pour qui le sacrifice était une question de choix, celui de se sacrifier pour que vivent d'autres générations, la nôtre, notamment libres et dignes dans un pays libéré du joug colonial.
Enfin, pour rappel, Didouche Mourad est né à El Mouradia à Alger en 1927 et mort à Constantine au champ d'honneur le 18 janvier 1955. Issu d'une famille originaire du village Ibeskriene, dans la commune dAghribs, au nord-est de la wilaya de Tizi Ouzou, Didouche Mourad, qui a intégré très jeune le monde politique et le Mouvement national, a été déjà, à l'âge de 16 ans, dans les rangs du Parti du Peuple Algérien (PPA). Il rejoint l'Organisation secrète (OS) à sa création pour ensuite prendre part à la création du Comité révolutionnaire pour l'Unité et l'Action (CRUA). Didouche Mourad a été membre du «Groupe des 22» et du «Groupe des Six» et a pris part à la rédaction de l'appel du 1er novembre 1954 qui fut tiré une certaine nuit, dans une maison du village Ighil Imoula, dans les Ouadhias, à Tizi Ouzou.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours