{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Secteur automobile

Intense activité estivale

Il est fort à parier que les fruits de cet engagement partagé seront cueillis à l’orée de l’automne prochain.

Gouvernement et acteurs du secteur automobile coopèrent étroitement afin de fournir au marché des véhicules made in Algeria. Ce mois de juin, particulièrement, est riche en rendez- vous entre les deux partenaires qui oeuvrent, désormais, à renforcer le développement de l’industrie automobile, avec en perspective la création de l’emploi, de la richesse.
Au vu de l’intense activité estivale que connaît le secteur automobile, il est fort à parier que les fruits de cet engagement partagé seront cueillis à l’orée de l’automne prochain. Les choses vont vite, en effet. Que ce soit pour les projets déjà sur les rails ou pour ceux qu’il s’agit de lancer dans les délais impartis, les bonnes nouvelles sont bien là. L’usine de Fiat à Oran a annoncé la mise en place d’une deuxième ligne de montage, entièrement robotisée et dédiée à l’assemblage du nouveau Doblo. Ce combi, très populaire vient renforcer la Fiat 500 laquelle est déjà éligible au crédit bancaire. Avec un objectif de produire plus de 40000 véhicules et d’atteindre un taux d’intégration locale supérieur à 10% d’ici la fin de l’année, l’usine produira 7000 Fiat Doblò et 1000 Fiat 500 à la fin du mois de juillet afin de répondre aux commandes des clients algériens. « Cette nouvelle étape est un jalon important dans la montée en puissance de l’usine de Tafraoui et un nouveau signe de notre volonté de créer de la valeur ajoutée à travers l’intégration locale et le transfert de connaissances », a déclaré le nouveau P- DG de Fiat El Djazair, Raoui Beji.
Au cours de ce mois de juin, et suite à une rencontre entre le ministre de l’Industrie et de la Production pharmaceutique et les hauts responsables de la marque Cherry, le manager général de cette dernière dans la région Afrique, a déclaré : « Le projet de l’usine avance vite et bien », et de signaler que les responsables de la marque «aimeraient que l’usine entre en production avant le mois d’octobre, si les conditions s’y prêtent », ajoutant que ce projet sera lancé « au maximum au mois d’octobre, avec une capacité de production de 50000 véhicules/an, qui sera atteinte progressivement ».
Idem pour le groupe chinois «JAC» et la société «Emin Auto » dont les premiers responsables ont examiné avec le ministre de l’Industrie et de la Production pharmaceutique l’état du projet de fabrication des voitures de la marque JAC dans la wilaya de Aïn Témouchent, à l’ouest du pays.
Le ministre avait alors donné des instructions strictes pour accélérer la mise en œuvre du projet, tout en insistant sur le respect des délais convenus et du cahier des charges. « Toutes les étapes de production et de montage étaient prises en charge localement, fabrication des châssis, de la carrosserie, assemblage de moteurs, création d’une zone de sous-traitance en vue d’approvisionner l’usine en pièces et composants divers, atelier de peinture, etc», a-t-on mentionné tout en rappelant qu’une fois achevé, ce projet devrait contribuer au développement d’une véritable industrie automobile en Algérie et la création de pas moins de 800 emplois directs. En matière de production automobile, l’Algérie aspire à devenir un centre industriel stratégique et une plate-forme d’exportation pour l’ensemble de la région MEA. Elle est d’ores et déjà appelée à être une plate-forme d’exportation pour l’ensemble de cette région.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré