{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Justice sociale

L’ADN de l’État algérien

La justice sociale est indissociable de l’identité de l’Etat algérien.

La célébration de la Journée mondiale de la justice sociale
(20 février) en Algérie, a été l'occasion pour le Conseil national des droits de l'homme, (Cndh) de rappeler les décisions courageuses et les mesures fortes que l'État algérien a prises en matière de défense du caractère social du pays et la consolidation de la justice sociale comme principe immuable dans le programme politique de l'État. À ce propos, le Cndh a souligné qu'«il est en train de suivre attentivement l'intérêt qu'accordent les hautes autorités du pays, à leur tête le président de la République et l'engagement personnel de ce dernier, pour préserver le caractère social de l'État, qu'il a réaffirmé à maintes reprises», a rappelé le Conseil national des droits de l'homme. Le monde entier célèbre cette journée consacrée à la justice sociale dans un contexte où de nombreux pays subissent l'effet de la pauvreté et les inégalités criantes sur le plan social. L'Algérie n'a jamais cessé de défendre cet aspect caractéristique de l'État national, en apportant toujours de l'aide et le soutien aux couches défavorisées de la société et en recourant à la mise en place des mesures juridiques pour consacrer cette option de justice sociale sur la base d'une démarche qui force de loi. Dans ce sens, le communiqué du Cndh a fait allusion aux déclarations du président de la République, en indiquant que «le président de la République avait exhorté toutes les parties concernées à oeuvrer à la protection du pouvoir d'achat, la préservation des emplois et la prise en charge sociale qui demeureront parmi les priorités auxquelles nous accordons un intérêt particulier et pour lesquelles nous oeuvrerons à mobiliser les ressources financières possibles, notamment au profit de la classe moyenne, les catégories à revenus limités et les couches démunies», lit-on dans le communiqué. La Constitution de 2020 constitue la pierre d'achoppement quant à la consécration de la justice sociale en Algérie. C'est une démarche qui a valorisé la dignité humaine en optant pour des mesures salutaires à l'égard de larges couches de la société dont la justice sociale constitue un ancrage sûr et irréversible. L'ONU a essayé de jouer un rôle moteur à travers ses organisations censées soutenir le développement social dans les pays, qui souffrent des inégalités et de la pauvreté. l'auguste organisation onusienne avait appelé à ce que la mondialisation puisse devenir équitable afin de supprimer les disparités qui frappent de plein fouet le monde actuel. Hélas, le profit et la cupidité des riches et les puissants de ce monde ont toujours favorisé la démarche de l'accumulation et de la mainmise sur les richesses du monde. La Déclaration de l'ONU, à travers l'OIT, l'Organisation internationale du travail, stipule que «la justice sociale est fondée sur l'égalité des droits pour tous les peuples et la possibilité pour tous les êtres humains, sans discrimination, de bénéficier du progrès économique et social, partout dans le monde. Promouvoir la justice sociale ne consiste pas simplement à augmenter les revenus et à créer des emplois. C'est aussi une question de droits, de dignité et de liberté d'expression pour les travailleurs et les travailleuses, ainsi que d'autonomie économique, sociale et politique». Cette définition de la justice sociale et les exigences auxquelles elle est confrontée afin qu'elle puisse se concrétiser sur le terrain, montre on ne peut mieux que le monde est en train de fonctionner d'une manière qui consacre les inégalités et l'injustice comme mode opératoire.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours