{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Le numérique pour optimiser la gestion des déchets

L'exemple d'Annaba

L'heure est, désormais, à la valorisation et au recyclage des déchets.

Le numérique qui permet de répondre à de nombreux enjeux sociétaux actuels, s'invite, désormais, dans la gestion des déchets en Algérie. Annaba adopte cet outil. Ville côtière par excellence, elle connaît, en effet, une opération pilote de gestion intelligente des déchets. Celle-ci vient d'être lancée au centre d'enfouissement technique (CET) d'El-Berka Zarga de la commune d'El Bouni, à Annaba. Ce système de gestion numérique est assuré par une application développée par le centre de recherche en environnement d'Annaba avec des programmes intelligents de suivi de l'entrée et de la sortie des camions d'enlèvement des déchets d'une manière instantanée. Selon les explications données par Zihad Bousselama, directrice de ce centre de recherche, la mise en oeuvre de ce système numérique dont les appareils électroniques sont de conception et de fabrication algérienne, assure le relevé de données et leur enregistrement de sorte à assurer un suivi rapide de l'opération de gestion des déchets au niveau du CET d'El Bouni qui s'étend sur un terrain de 30 hectares. Ce dernier reçoit quotidiennement plus de 250 camions chargés de près de 530 tonnes de déchets des communes d'Annaba, d'El Bouni, d'El Hadjar et de Sidi Amar. Outre le contrôle des données de fonctionnement du CET d'El Bouni, ce système permet de faire d'énormes économies en efforts et en temps, ce qui ne peut qu'encourager d'autres entreprises locales à s'inscrire dans la transition numérique en marche.
La gestion des déchets, telle que le montre la présente expérience annabie, est ainsi optimisée, alors que la protection de l'environnement est une priorité du gouvernement.
Rappelons que la ministre de l'Environnement et des Energies renouvelables, Faïza Dahleb, a eu à affirmer qu'une série de mesures avait été prise par les pouvoirs publics afin d'édifier une économie verte et en faire un catalyseur décisif de développement. Elle a en outre eu à indiquer que son département ambitionnait de créer un marché intégré de recyclage et de valorisation des déchets, en vue de contribuer à la création d'emplois et à la promotion de l'économie nationale. Elle a, à ce propos, évoqué les efforts portant sur la création d'un marché intégré associant les investisseurs spécialisés dans la fabrication de camions pour la collecte et le tri des déchets et les entreprises spécialisées dans la fabrication des poubelles de tri et de recyclage.
Au cours des vingt dernières années l'Algérie a vu l'élimination de près de 3000 décharges sauvages avec la création de centres d'enfouissement technique (CET).
L'heure est, désormais, à la valorisation et au recyclage des déchets. Une mission à laquelle s'attèllent plusieurs départements ministériels, notamment celui de l'Intérieur et des Collectivités locales.
Rappelons enfin que Faïza Dahlab a eu à relever au cours ces derniers mois la nécessité «d'éradiquer complètement les centres d'enfouissement technique». «Nous n'allons pas transformer l'Algérie en centre d'enfouissement, il faut impérativement arrêter cela», avait-elle souligné en juillet dernier. Elle avait estimé que le pays «est en train de perdre beaucoup de fonciers à cause de ces centres d'enfouissement dont le plus petit s'étale sur 40 hectares». Elle avait alors rappelé, à ce propos, la révision de la loi relative à la gestion, au contrôle et à l'élimination des déchets, en vue d'y introduire le principe de l'économie circulaire et l'investissement dans ce domaine.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré