{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Des agréments en cascade pour les concessionnaires automobiles

La roue tourne

Le marché automobile algérien est en passe de retrouver son dynamisme sur fond d’offensive chinoise.

Ces derniers mois, voire encore plus ces dernières semaines, le marché automobile connaît une effervescence inédite. Quelques mois après l'installation de Fiat et la commercialisation, particulièrement de son modèle emblématique Fiat 500, des agréments sont tombés en cascade pour le grand bonheur des concessionnaires élus. Après la société «Fiat Algérie», ce fut le tour de la société «Emin Auto», concessionnaire de la marque chinoise JAC et la société «Halil Commerce & Industrie», concessionnaire de la marque allemande «Opel» en Algérie. Pas plus tard que la semaine dernière, la marque Chery a créé la surprise en se révélant aux Algériens sous un design infiniment moderne. Celle-ci retrouve enfin ses marques dans notre pays après une longue période d'absence imposée par la suspension des importations de véhicules. Elle est représentée en Algérie par «Auto Leader Company», présent dans 30 wilayas et qui propose sept modèles de plusieurs gammes et à des prix qui démarrent à partir de 1, 999 million DA. Un tarif qui sonne, a priori le glas de la surenchère des prix des voitures longtemps entretenue par une disette chronique. Ce retour en force du business automobile, voit donc une remarquable offensive des constructeurs chinois, à l'instar du motoriste Dfsk qui arrive avec une large gamme de produits, entre touristiques et utilitaires, à des tarifs qui l'autorisent à afficher de grandes ambitions sur le marché national des véhicules.
L'importateur, Burgan International, représentant officiel de la marque Dfsk proposera un large porte-folio, comprenant des tarifs qui vont de 1 610 000 dinars à 2 870 000 dinars, de quoi satisfaire une clientèle variée et dont le profil est tantôt particulier, tantôt entreprise. La gamme de véhicules touristiques commence avec un modèle phare, le SUV Glory, respirant style et performance. L'annonce de cette reprise du marché automobile ne peut qu'être synonyme de bonne nouvelle pour les citoyens. Ces derniers pourront enfin renouer avec les bonnes pratiques en matière de commerce automobile, loin du chaos du marché de l'occasion.
Cette fois, outre la fin de la rareté, la garantie revient de droit aux clients qui peuvent être confortés dans leurs acquisitions par nombre d'assurances, et ce dès la formulation de leurs commandes. Citer les marques chinoises, ne va pas sans évoquer ces nouvelles venues que sont DFM Joyer et Baic. L'agrément ouvrant droit à la commercialisation des véhicules de ces deux marques vient de tomber et qui finit par signer l'arrivée en force des contingents automobiles chinois sur le territoire national. Cette première vague de véhicules venus tout droit de l'Empire du Milieu n'est qu'un prélude à une deuxième phase de déploiement, à savoir celle du passage à l'industrie. Un volet d'ailleurs rappelé avec insistance par l'ambassadeur de Chine en Algérie. «La production automobile chinoise en Algérie sera bientôt opérationnelle et démarrera sous peu», a tenu à rappeler Son Excellence Li Jian, qui a fait savoir que des entreprises chinoises démarreront bientôt la production automobile en Algérie. Li Jian a indiqué que «dans le domaine industriel, la Chine est l'un des partenaires principaux pour la modernisation et l'industrialisation de l'Algérie». Les Chinois sont donc dans l'antichambre de la production automobile en Algérie. À ce titre, nombreux sont les constructeurs à avoir annoncé la couleur, à l'instar de Chery dont l'usine de Bordj Bou Arréridj produira sous peu 24 000 unités par an. L'usine passera à 100 000 véhicules aux 38 opérateurs, dont 12 spécialisés dans la commercialisation de voitures de tourisme, ont obtenu à ce jour l'agrément définitif de concessionnaire de véhicules, vient d'indiquer le directeur central au ministère de l'Industrie et de la Production pharmaceutique, Aggoune Mokdad. Ce dernier qui est également responsable du secrétariat technique chargé de suivre le dossier automobile, a ainsi précisé que «38 opérateurs ont obtenu l'agrément définitif de concessionnaire de véhicules, tous types confondus (de tourisme, utilitaire, industriel, engins, motocycles, bus et camions), dont 12 spécialisés dans la commercialisation de voitures de tourisme», indiquant que ce nombre représentait «une moyenne d'un agrément accordé tous les 10 jours» depuis le lancement de l'opération. Sur les 38 agréments définitifs accordés, 24 marques ont obtenu le certificat de respect du ministère du Commerce et de la Promotion des exportations, ce qui permettra d'importer près de 180 000 unités avant la fin de l'année en cours, en attendant le parachèvement par le reste des marques (14 marques) des procédures d'importation, a expliqué Aggoune.
Concernant les marques officiellement agréées, le responsable a précisé que 79% étaient des marques asiatiques et 21% européennes, ajoutant que l'importation des véhicules restait une procédure «temporaire» visant à satisfaire les besoins du marché et à assurer la disponibilité des véhicules au niveau local, au bout de la troisième année, avec pour objectif de créer une plate-forme d'exportation en Algérie.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré