{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Il a tenu son dernier meeting à la coupole

Le FLN termine en apothéose

Le SG du FLN ne cache pas les ambitions de sa formation, qui vise à glaner une majorité de communes à l'échelle nationale.

Le secrétaire général du FLN, Abou El Fadl Baâdji veut bousculer les anciennes us et coutumes, qui ont cours au sein des Assemblées populaires communales et de wilaya. Selon le chef de file du parti, «une instance nationale de suivi et d'évaluation des élus du parti» sera installée au niveau du parti, qui «aura pour mission de contrôler le rendement de nos élus locaux et leurs relations avec les citoyens», martèlera-t-il. «Vous avez un serment à honorer, en rompant avec les anciennes pratiques et de veiller aux affaires des citoyens...», poursuit-il encore. Le SG du FLN ne cache pas les ambitions de son équipe et de sa formation. «Nous visons une majorité de communes à l'échelle nationale et nous les aurons, car nous avons présenté les meilleurs de nos enfants et militants...», dira-t-il. Le meeting s'est déroulé dans une ambiance bon enfant, sous les youyous des nombreuses femmes présentes, ainsi qu'une foule nombreuse bigarrée, arborant oriflammes, drapeaux et pancartes diverses. Le parti de Baâdji, qui semble affranchi des pesanteurs politiques et idéologiques, qui l'ont tarabusté au lendemain du Hirak, affiche clairement sa nouvelle philosophie. «Notre programme électoral est basé sur le réalisme politique et l'ambition d'aller loin... Nous sommes des nationalistes à l'infini et les intérêts du pays passent avant ceux du parti», dira-t-il avant d'ajouter: «Aujourd'hui, c'est le dernier jour d'une campagne riche pour notre parti. Moi-même j'ai eu à animer personnellement une trentaine de meetings dans tous les recoins du pays». Par ailleurs, abordant l'actualité de géopolitique, l'orateur a appelé à l'édification «d'un front interne pour se prémunir contre les complots ourdis, ailleurs, par les lobbies franco-sionistes». Sur la question des relations avec le voisin marocain, il dira que «le Makhzen voudrait déstabiliser le pays, en vain. Il s'est retrouvé encerclé et ligoté par la démarche diplomatique algérienne...», affimera-t-il, faisant le lien avec la visite imminente d'un ministre israélien au Maroc, qu'il a vivement dénoncée. Et d'ajouter: «Le peuple algérien est une armée entière, forte de ses enfants, élites, ressources, gisements, armée, etc.». Au sujet de la tentative Israël d'intégrer l'union africaine, il confiera: «le sionisme est une tare et une offense à l'égard des valeurs des peuples de l'Afrique révolutionnaire et pour l'Algérie qui a combattu l'apartheid et soutenu Mandela.» Baâdji n'omettra pas d'aborder les questions d'actualité continentales, comme les élections en Libye, qu'il attribue à la diplomatie algérienne.
Au sujet des mercenaires présents dans ce pays frère, il estimera que «les lobbies, quels qu'ils soient, doivent être combattus et exclus de l'Afrique». Au volet économique, le SG de l'ex-parti unique a abordé la vision de soient, parti vis-à-vis des secteurs stratégiques à revaloriser et à relancer d'urgence.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours