{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Relations Administration - Citoyen

Le recadrage de Tebboune

Le rapprochement de l’administration du citoyen n’est pas un vain slogan mais une réalité reflétée par les mesures et les réalisations sur le terrain, a affirmé le chef de l’État.

Socle de l'État moderne, cette entité est tenue de placer le citoyen au coeur de son fonctionnement, a affirmé le premier magistrat du pays. Pour cela, elle doit se débarrasser de ses pratiques anciennes qui ont entaché son image. À telle enseigne que le citoyen algérien a cultivé de la méfiance envers l'administration. Que cela soit pour un simple document à retirer dans la daïra ou pour une inscription dans un programme de logement ou pour une demande d'audience dans une direction de l'action sociale, c'est le parcours du combattant qui se dresse face au citoyen.
Certains ont dû souffrir davantage quand il est question d'urgence comme c'est le cas pour les familles de patients traînés d'un bureau à l'autre. Ces pratiques, plus présentes dans certaines administrations que chez d'autres, n'ont fait qu'accentuer la réticence du citoyen dès qu'il est appelé à se rendre dans une administration publique. Et ce sentiment est porteur d'un risque, celui de voir l'administration s'éloigner du citoyen. Or, c'est le contraire qui est souhaité.
Le chef de l'État a ainsi rappelé cette vérité selon laquelle l'édification d'un État moderne exige de placer le service du citoyen au coeur de ses priorités.
C'est l'idée centrale contenue dans l'allocution du président Tebboune à l'ouverture de la rencontre nationale organisée à l'École nationale d'administration (ENA) à l'occasion du 4e anniversaire de la création de l'Instance du médiateur de la République.
Lue en son nom par le médiateur de la République, Madjid Ammour, le chef de l'État a nommé les qualités qui doivent être celles de l'administration. Celle-ci doit ainsi se débarrasser de l'impéritie héritée et des pratiques douteuses liées aux procédures bureaucratiques. Elle doit être également libérée de l'arbitraire des responsables et des fonctionnaires. C'est à ces conditions que l'administration publique tiendra la mission qui lui revient dans la construction de l'État. Le chef de l'État n'a pas manqué de désigner d'autres aspects d'une grande importance en lien avec l'efficacité de l'administration ou son échec.
Et c'est ainsi qu'il affirmera que l'administration moderne ne se réalisera pleinement que par l'amélioration de la qualité du service public. Cette condition passe par la promotion de la performance, la libération de l'initiative, le renforcement du sens de la responsabilité et du devoir professionnel.
«Une fois cet objectif concrétisé, la confiance du citoyen en les institutions et structures de l'État s'installera.»
Dans ce registre, il a indiqué s'être engagé pour que chacun, à tous les niveaux, à tous les postes et dans tous les secteurs, puisse travailler dans cet esprit en toute loyauté, et de sorte que le citoyen, où qu'il soit, puisse ressentir le véritable changement et se familiariser avec l'administration et les structures publiques dans toutes les régions du pays, loin de toute appréhension de voir sa dignité compromise.
Insistant sur le rôle déterminant de l'administration publique, le Président a considéré que celle-ci est l'interface qui reflète l'autorité de l'État et de l'intérêt qu'il porte à la chose publique. D'où le rôle tout aussi déterminant que doivent assumer les responsables à diverses strates et qui sont appelés à «faire prévaloir l'État de droit en veillant pleinement à présenter le service public comme un droit garanti au citoyen».
Le pari de la confiance à soigner entre l'administration et le citoyen peut, dans un avenir proche, compter sur le processus de numérisation des services.
Le chef de l'État a affirmé, par la même occasion, que la numérisation est inévitable, insistant sur l'impératif de réduire les délais de sa généralisation, afin d'épargner au citoyen les déplacements entre les différents services administratifs. Autant d'étapes à franchir pour des rapports de confiance entre le citoyen et son administration.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours