{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Abdelaziz Belaïd

«Les chiffres sont logiques»

«Notre priorité est d’arriver à des assises fortes pour l’émergence d’un gouvernement fort apte à mener ses réformes et relancer l’économie nationale».

En réaction aux résultats des élections législatives, annoncées par le président de l'Anie, Abdelaziz Belaïd, le président du parti El Moustakbel, a considéré, lors de la conférence de presse qu'il a tenue, hier, qu'il s'agit d'une victoire pour le parti, qui a réussi à obtenir 12%, soit 48 sièges, donc 12% du nombre de sièges au Parlement, dont 10% sont octroyés aux femmes et où 25% ont un âge inférieur à 40 ans. Dans ce sillage, et avec beaucoup d'humilité, le président d'El Moustakbel, a estimé que «les résultats de ces élections sont logiques et que nous nous ne attendions pas à avoir plus de sièges que les partis qui sont sortis en tête. Il est tout à fait normal et objectif que le FLN ou le MSP, aient obtenu plus de sièges que nous. Ce sont des formations qui sont sur le terrain, depuis plus de 30 ans, alors qu'El Moustakbel n'est présent sur la scène politique que depuis 9 ans».Une réaction honorable qui, selon les observateurs, renforce le principe de la concurrence loyale, de l'ouverture vers le débat constructif et contribue à conférer plus de crédibilité au discours et à l'action de cette formation. À ce titre, Belaïd a insisté sur les efforts et le travail abattus par les militants, sur le terrain, durant la campagne électorale, précisant que «ces résultats, honorables, sont le fruit d'un travail ardu sur l'ensemble du territoire national, où les militants ont fait plus que leur devoir. Ils ont été à la rencontre de la société, dans tous les villages et les villes, commune par commune, car le parti tire sa force du peuple. C'est ce qui nous a permis d'établir nos listes par le peuple». Revenant sur les voix qui se sont élevées pour dire qu'il faut bâtir l'Algérie nouvelle sans les anciens partis, Belaïd répond fortement et clairement, que «c'est une décision qui revient au peuple. Lui seul peut écarter un parti de la scène politique et certainement pas par une décision politique motivée par le fait que ces partis faisaient partie de l'ancien système».

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours