{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Agriculture, approvisionnement du marché, dessalement…

Les priorités du Président

Le président de la République a souligné la nécessité de préserver le pouvoir d’achat des citoyens.

L'ensemble des walis de la République, les ministres de l'Intérieur et de l'Agriculture et le Premier ministre ont été désignés par le président de la République pour veiller à la mise en oeuvre d'une série d'instructions qu'il a données lors du Conseil des ministres qui s'est tenu, hier. Ainsi, parmi les décisions importantes auxquelles a conclu le Conseil, on retiendra le transfert de la gestion des silos de stockage des céréales aux walis de la République. Cette instruction présidentielle, suppose un changement profond, puisque le désormais ex-gestionnaire de ces installations, l'Oaic, a été déchargé de cette mission, sans doute trop pesante en raison du nombre de silos et de l'étendue du pays. En morcelant leur gestion, l'objectif est certainement de gagner en efficacité, puisque chaque silo aura à faire avec un responsable décisionnel dans sa proximité immédiate, en la personne des walis. Il n'est pas besoin de s'étaler sur l'importance stratégique de ces installations, car entrant dans la sécurité alimentaire du pays. Ce transfert ne concerne pas la supervision directe des études techniques des silos de stockage de céréales qui demeureront sous la responsabilité du ministère de l'Agriculture. Une double tutelle complémentaire qui devrait permettre un meilleur rendement des silos.
Toujours dans l'agriculture et toujours les walis comme acteurs centraux. Cette fois c'est dans le suivi strict du secteur agricole dans les territoires sous leur responsabilité. Une mission supplémentaire pour ces hauts fonctionnaires de la République, principaux représentants de l'État et dotés de prérogatives qui leur permettent d'assurer cette mission, qui consistera, notamment détaille le président de la République, à «procéder à des inspections et évaluations périodiques des superficies cultivées», rapporte le communiqué du Conseil des ministres.
L'agriculture a pris la part du lion dans ce Conseil des ministres, puisque le Président a signalé l'urgence d'«accorder des concessions aux agriculteurs dans le cadre de la revalorisation des terres». Cela revient à accélérer la procédure de régularisation de ces concessions qui souffrent de lourdeurs bureaucratiques. Le souci exprimé par le chef de l'État a concerné l'obligation faite à l'administration d'écouter les agriculteurs et prendre en charge leurs préoccupations. En un mot comme en mille, le président Tebboune appelle l'Exécutif à se rapprocher des agriculteurs et à ne pas s'enfermer dans une logique bureaucratique. Il chargera, pour ce faire, le Premier ministre et les ministres de l'Intérieur et de l'Agriculture de hâter la régularisation pour régler l'ensemble des dossiers en rapport avec les terres agricoles. Cela, tout en encourageant «les investissements dans le domaine de l'agriculture à travers des partenariats, dans le but de valoriser et de diversifier la production agricole».
En fait, l'idée maîtresse est de garantir une production agricole en quantité et qualité, sans sanctionner les consommateurs, à travers l'approvisionnement du marché national en viande rouge et en légumineuses sèches. «Le président de la République a souligné la nécessité de préserver le pouvoir d'achat des citoyens, en parvenant à équilibrer les marchés nationaux».
Concernant le projet d'achèvement de la ligne minière de la voie ferrée Béchar-Tindouf-Ghar Djebilet, «le Président a souligné, une fois de plus, le nécessaire respect des délais de réalisation de ce projet vital et stratégique pour l'Algérie», note la même source.
Concernant le projet de cimenterie d'El-Abiod, Sidi Cheikh à El-Bayadh et la cimenterie de Djelfa, le chef de l'État «a chargé le ministre de l'Industrie d'étudier toutes les conditions techniques et financières qui permettraient le lancement du projet», relève-t-on. La même source souligne l'urgence d'accélérer les «procédures d'achèvement de la cimenterie de Djelfa, en raison de son importance économique et sociale pour les citoyens de cette wilaya».
Le Conseil des ministres a abordé un investissement de taille qui gagnerait à entrer en production. Il s'agit de la raffinerie de Hassi Messaoud. Le Président a instruit le ministre de l'Énergie de hâter la réalisation de ce projet. Au-delà de cet investissement, le chef de l'État a mis en exergue, l'importance de développer une industrie de transformation des produits pétroliers, de travailler à hisser son niveau de production dans la perspective d'exporter les excédents. Les usines de dessalement de l'eau de mer figure dans les priorités de l'Exécutif. Le président Tebboune a ordonné l'achèvement rapide des travaux de réalisation de ces unités vitales pour l'approvisionnement en eau potable de millions de citoyens. Enfin, le Conseil des ministres a abordé la question de l'industrie cinématographique.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours