{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Fawzi Derrar à propos de la Covid-19

«Nous observons une accalmie»

Le directeur général de l'institut Pasteur d'Algérie a révélé que «le taux de vaccination reste encore très faible».

«Actuellement, nous observons une accalmie due à l'immunité acquise suite à l'infection à l'Omicron, une immunité qui baissera inéluctablement dans trois à six mois, d'où l'importance de la vaccination.» C'est ce qu'a indiqué le directeur général de l'institut Pasteur d'Algérie (IPA), Fawzi Derrar. Ce dernier a, néanmoins, plaidé «la poursuite de la vaccination de la population en Algérie contre la Covid-19» afin d'éviter des «scénarios catastrophe» à l'avenir. La même source a, en marge de l'ouverture, vendredi soir, du 3e congrès d'infectiologie tenu à Oran, révélé que «le taux de vaccination tourne autour de 32%», soulignant que «ce taux est encore très faible».
La poursuite de la vaccination est d'autant plus importante que les spécialistes sont unanimes à faire de l'immunisation une priorité, compte tenu de la situation pandémique qui prévaut un peu partout dans le monde. Le directeur général de l'institut Pasteur a, dans ce sens, indiqué qu'«il est primordial de continuer à vacciner la population, aux fins de prévenir de nouvelles vagues de contamination», citant comme exemples certains pays à l'instar de la Chine et de l'Afrique du Sud». «Ces pays font face à une recrudescence des cas de contamination par de nouveaux variants», a-t-il fait état. Et de prévenir qu'«une reprise de la pandémie due à de nouveaux variants est à craindre, principalement dans des pays à faible vaccination, soit à faible immunisation», déclarant qu'«il y aura certainement de nouveaux variants». «On le voit en Afrique du Sud qui connaît une forte hausse du nombre de contaminations par les variants SBA4 et BA5 d'Omicron», a-t-il indiqué. Abordant la question de la vaccination en masse, opérée dans certains pays, le professeur Derrar a fait savoir que «dans des pays où l'immunité est très élevée, comme en France en particulier ou en Europe en général, il existe une élévation du nombre de cas mais sans provoquer une pression sur le système de santé». Pour le premier responsable de l'institut Pasteur, «l'objectif de la vaccination n'est nullement d'empêcher de nouvelles contaminations», expliquant que «la vaccination évite les formes graves et les hospitalisations, et c'est très important pour le système sanitaire national». Le 3e congrès de la Société algérienne d'infectiologie (SAI) a enregistré la participation de plus de 150 spécialistes en épidémiologie, venus des différentes régions du pays. Au programme, plusieurs interventions ont été faites lors de cette manifestation scientifique qui s'étalera sur trois jours, traitant principalement de la Covid-19 et faissant le point de la situation. Les tests antigéniques de détection du Sars-Cov-2 et de la Covid-19, diagnostic biologique et suivi, constituent entre autres, des sujets inscrits au menu de cette rencontre scientifique.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours