{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Maroc

Place à l’Espagne

Walid Regragui, nommé en août dernier, n’a eu besoin que de quelques mois pour emmener les siens en 8es de finale du Mondial.

Privés de possession face à la supériorité technique évidente du milieu croate en début de tournoi, les Marocains ont livré un premier match tactique, désespérément rasoir, mais plutôt malin, au regard des qualités de leur adversaire. Une rencontre où leur bastonneur en chef, Sofyan Amrabat, aura fait la loi et l'ordre au milieu, coupant les transmissions adverses et soulageant une charnière Aguerd-Saïss pas loin d'être irréprochable tout au long de ce premier tour. Face à une Belgique à cran défensivement, Regragui et ses hommes ont ensuite pu faire valoir les aspects plus séduisants et créatifs de leur jeu. Moins rigide tactiquement qu'Halilhodžiæ - qui prônait souvent le béton à tout prix -, le technicien marocain a laissé ses joueurs se projeter devant, à l'image de ses latéraux, Mazraoui et Hakimi, libérés dans leurs couloirs respectifs. Il aura aussi refait d'Hakim Ziyech - exclus sous Halilhodžiæ de la sélection - un joueur déterminant en équipe nationale. L'ailier marocain aura livré une copie enthousiasmante face aux Diables rouges, défaits autoritairement deux pions à rien. Une victoire à moitié surprenante, alors que la génération dorée belge - en fin de course - faisait face à l'un des meilleurs onze de l'histoire des Lions de l'Atlas. Une équipe type à laquelle se greffent des remplaçants que Regragui aura aussi su faire briller. On peut citer les entrées remarquées du milieu polyvalent Selim Amallah contre la Belgique puis le Canada, la passe décisive pour Romain Saïss d'Abdelhamid Sabiri face aux Diables rouges, puis le but du 2-0 inscrit par Zakaria Aboukhlal, face à ces mêmes Belges. L'ultime rencontre des Marocains dans ce groupe F ultra homogène aura enfin fait la synthèse de leur idée de jeu, adaptable à souhait. D'abord audacieux et brillants offensivement dans le premier acte, les gars en rouge ont reculé ensuite sur leurs bases arrière, avec un succès mitigé. Pas ridicules défensivement, ils auront néanmoins subi avec une maîtrise relative les estocades d'un Canada qui aura touché la barre, à la suite d'une tête impérieuse d'Hutchinson. Qu'importe, le Maroc finit premier de sa poule, et fonce en 8es de finale de Coupe du monde, pour la première fois depuis 36 ans. Reste à voir si le Royaume chérifien saura continuer de muter pour survivre, afin de poursuivre son joli bout de chemin qatarien, en affrontant l'Espagne mardi prochain en 8es de finale.

8es de fina leProgramme d'aujourd'hui

16h: Pays-Bas -USA
20h: Argentine - Australie

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours