{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Le piratage a coûté 9 milliards de dollars aux télévisions et aux opérateurs

Le piratage coûte cher et on estime les pertes de revenus à 12,5 milliards de dollars pour les opérateurs de télévision payante et plateformes OTT (over-the-top- ou offre hors du fournisseur d’accès à Internet) pour 2024. Ces prévisions ont été fournies par l’agence Parks Associates pour 2024, à cause du piratage audiovisuel mais aussi du partage de comptes. Cette année, ce chiffre doit se situer autour des 9 milliards de dollars, mais l’étude prévoit une croissance de 38% d’ici 5 ans rappelant, qu’actuellement, 27% des ménages américains équipés en haut débit se livrent à une forme de piratage ou de partage de compte.
Mais pour l’auteur de ce rapport, Brett Sappington, la plupart des pirates sont également abonnés à au moins un service OTT (offre hors du fournisseur d’accès à Internet ; en anglais over-the-top service ou OTT). Ils ne sont pas simplement des voleurs cherchant à accéder au contenu, mais bien des passionnés de vidéo qui utilisent de nombreux services. Selon Parks Associates, la pénétration des services OTT payants a augmenté de 13% par rapport à 2018 aux États-Unis, tandis que les services gratuits ont augmenté de 23%. Après plusieurs années de progression consécutive, le piratage des contenus audiovisuels a infléchi sa croissance en 2018, rapporte Médiamétrie.
Un tournant que la société de mesure d’audience explique principalement par le développement des offres légales de vidéos répondant aux attentes du public – à l’exception du sport, de plus en plus touché par le piratage.
Ainsi, en janvier 2018, seuls 16% des consommateurs de vidéos visionnaient leurs programmes exclusivement sur des sites légaux ; en revanche, ils étaient 35% en décembre, privilégiant ainsi ces solutions aux offres illégales. L’année dernière, la France comptait en moyenne 15,4 millions de « pirates » par mois, soit 1 internaute sur 4. Ces internautes se sont connectés au moins une fois à un site dédié à la contrefaçon audiovisuelle sur ordinateur, tablette ou smartphone. La lutte contre le piratage passe par des moyens détournés. Il y a quelques mois, la justice espagnole a condamné LaLiga à une amende de 250 000 euros, pour avoir espionné ses utilisateurs, afin d’épingler les bars qui diffusaient illégalement des matchs. Pour ce faire, l’application de LaLiga (téléchargée plus de 10 millions de fois) exploitait de façon invisible le micro du mobile, permettant ainsi aux équipes de l’opérateur d’effectuer automatiquement des enregistrements quand un fan se trouvait dans un bar.
En utilisant une technologie d’identification des sons, l’application pouvait savoir si un bar diffusait un match. LaLiga pouvait alors poursuivre les bars qui n’avaient pas de licence...

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours