{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Marche du Retour

34 blessés dont deux urgentistes par les tirs israéliens

Au total, 34 Palestiniens dont deux urgentistes, ont été blessés par les forces de l’armée israélienne vendredi à l’est de la Bande de Ghaza au cours de leur participation à la marche pacifique du Retour, a annoncé le ministère palestinien de la Santé. Dans un communiqué du département ministériel palestinien de la Santé, repris par des médias, a fait savoir que l’un des urgentistes a été blessé par des balles en caoutchouc des forces de l’occupation. Le ministère n’a pas apporté davantage de précisions quant à la nature des blessures des autres palestiniens. Selon le correspondant de l’agence palestinienne de presse, Wafa, «un Palestinien a été blessé vendredi, par une balle au pied et des dizaines d’autres étouffés», lors de la répression des marches pacifiques hebdomadaires par les forces militaires israéliennes à l’est de l’enclave. A Kafr Qadoum un adolescent de 15 ans comptait parmi quatre blessés par balles en caoutchouc de l’occupation, selon le coordinateur de la résistance populaire à Kafr Qadoum, Murad Ishtaiwi, cité par Wafa.»Ces forces ont également agressé les journalistes et les ont expulsés de la région, et ont tenté d’arrêter un certain nombre de jeunes Palestiniens», a-t-il ajouté. Les voies de fait à l’encontre des journalistes sont évidemment destinées à empêcher la diffusion des images et des informations sur les graves exactions subies par la population de façon quasi quotdienne.Parallèlement, une autre marche pacifique a été réprimée dans un village à l’est de Naplouse, d’après le responsable du dossier de la colonisation au nord de la Cisjordanie occupée, Ghassan Daghlas, cité par l’agence de presse palestrinienne. Les Palestiniens ont manifesté en protestation contre la saisie de leurs terres par l’occupation israélienne qui «prévoit aussi l’élargissement de la colonie illégale «Alon Moreh». A Jénine, un autre adolescent a été arrêté la veille, lors d’une incursion israélienne au niveau de plusieurs quartiers de Ramallah, en Cisjordanie occupée, selon des sources locales. Depuis le 30 mars 2018, les Palestiniens participent à des marches pacifiques près de la barrière érigée par l’occupant israélien, séparant la bande de Ghaza des territoires palestiniens occupés en 1948 pour réclamer la levée de l’embargo et pour exiger le retour des réfugiés vivant dans la bande de Ghaza dans leurs villes et villages d’origine occupées en 1948 par Israël. Face à ces manifestations, les forces d’occupation ont réagi par la répression et des tirs, tuant plus de 310 Palestiniens et blessant plus de 31.000 autres.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours