{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Ventes illégales de pétrole libyen

L’ONU affirme suivre de près les tentatives

Les Nations Unies, l’Union européenne et de nombreux autres pays ont condamné l’action militaire des forces de Haftar dans laquelle ils voient une atteinte à tous les efforts déployés pour parvenir à une solution politique en Libye.

Les Nations unies ont affirmé observer avec attention les tentatives de ventes illégales de pétrole libyen, selon une déclaration faite samedi dernier, à Tripoli, par la Mission d’appui des Nations unies en Libye (MANUL). «L’ONU suivait de près les tentatives de vente de pétrole en violation des résolutions de l’ONU sur la sécurité», a en effet assuré Stephanie Williams, représentante spéciale adjointe du Secrétaire général des Nations unies pour les affaires politiques en Libye, à l’issue d’un entretien avec le président de la National Oil Corporation (NOC) Mustafa Sanalla, proche du gouvernement libyen reconnu par la communauté internationale. Dans son communiqué, la MANUL indique que Mme Williams a tenu à réaffirmer que «la NOC était la seule entité internationalement reconnue jouissant du droit d’exporter et de vendre du pétrole libyen». La Libye reste politiquement divisée entre un gouvernement basé à Tripoli et soutenu par l’ONU et un gouvernement basé dans l’est, soutenu par Khalifa Haftar et disposant de sa propre compagnie pétrolière. Il faut rappeler que la plupart des ports et des champs pétroliers sont depuis 2017 contrôlés par les forces du général à la retraite, Khalifa Haftar. Son Armée nationale libyenne (ANL), autoproclamée et almientée par les Emirats arabes unis, mène une offensive, depuis avril dernier, pour s’emparer de la capitale libyenne, où siège le GNA et ce sous prétexte de déloger des groupes terroristes présents dans la région.
Les Nations unies, l’Union européenne et de nombreux autres pays ont condamné l’action militaire des forces de Haftar dans laquelle ils voient une atteinte à tous les efforts déployés pour parvenir à une solution politique en Libye et mettre ainsi fin à une situation explosive dont souffre le pays, depuis 2011.Hier, on apprenait que les avions de chasse de l’armée de l’air relevant du général à la retraite Haftar ont opéré au moins 13 raids contre une base de drones turcs à Misrata, dans la nuit de samedi à dimanche, contre une base de milices de la ville qui renfermait des drones turcs. Le porte-parole de l’armée a même estimé que ces raids ont été d’une grande précision et qu’ils ont été couronnés de succès. Ils ont visé les hangars contenant les drones, ainsi que ceux où sont entreposés les missiles qui les arment, de même que la salle de contrôle à distance de ces appareils. Or, ces attaques répétées mettent en danger le trafic des avions civils, notamment au niveau de l’aéroport international de Tripoli, lui aussi systématiquement visé.
Lundi dernier, un rapport émanant de la Campagne internationale pour le boycott des Emirats arabes unis (ICBU), accusait les Emirats arabes unis d’importer, de façon illégale, du brut libyen dont les ventes permettent de financer l’armée autoproclamée du général à la retraite Khalifa Haftar. Les auteurs s’appuient sur un contrat signé entre la Benghazi Oil Corporation (BPC) et la société Solaco, basée à Dubai, portant sur l’exportation, depuis Benghazi, de deux millions de barils de pétrole vers des terminaux des Emirats arabes unis. Le brut est ainsi transporté depuis le port de Marsa Al Haqqa, contrôlé par les forces de Khalifa Haftar, jusqu’aux terminaux émiratis où il est vendu selon les conditions du marché. Le GNA de Hafez al Serraj avait dénoncé à maintes reprises ces agissements en accusant Haftar d’avoir créé une société rivale de la NOC, seul organisme habilité à exporter le pétrole libyen selon l’ONU. Selon le tout récent bilan publié par le Haut-Commissariat aux réfugiés (HCR) de l’ONU, les combats autour de Tripoli ont fait à ce jour 1093 morts et 5752 blessés. Ils ont également contraint 120 000 personnes à abandonner leur foyer.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours