{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Affrontements à l’ONU sur la course aux armes balistiques

Poutine promet «une réponse symétrique» à l’essai américain

Le président russe Vladimir Poutine a promis hier une «réponse symétrique» à l’essai récent par les Etats-Unis d’un missile de portée intermédiaire, leur premier depuis la Guerre froide. «J’ordonne aux ministères russes de la Défense et des Affaires étrangères (...) d’analyser le niveau de menace créé pour notre pays par les actes des Etats-Unis et de prendre des mesures exhaustives pour préparer une réponse symétrique», a déclaré M. Poutine lors d’une réunion du Conseil de sécurité russe. Ce test américain, effectué dimanche depuis l’île de San Nicolas, au large de la Californie (ouest), selon le Pentagone, a entériné la mort du traité de désarmement INF qui abolit l’usage - par la Russie et les Etats-Unis seuls - des missiles terrestres d’une portée de 500 à 5.500 kilomètres. Ce traité a officiellement été suspendu il y a moins d’un mois par les deux puissances rivales, qui s’accusaient mutuellement de le violer. La Russie et la Chine avaient aussitôt condamné cet essai, en dénonçant le risque d’une «escalade des tensions militaires» et d’une relance de la course aux armements.»Il est évident que (l’essai du missile américain) n’était pas le résultat d’une improvisation, mais un maillon de plus dans une chaîne d’évènements planifiés depuis longtemps», a estimé M. Poutine hier. «Cela ne fait que confirmer le fondement de nos préoccupations exprimées auparavant», a-t-il ajouté. M. Poutine a toutefois assuré que la Russie «reste toujours ouverte à un dialogue constructif et d’égal à égal avec les Etats-Unis afin de rétablir la confiance et renforcer la sécurité internationale». Avec la fin du traité INF, il ne reste désormais en vigueur qu’un seul accord nucléaire bilatéral entre Moscou et Washington: le traité START, qui maintient les arsenaux nucléaires des deux pays bien en-deçà du niveau de la Guerre froide. Il doit arriver à échéance en 2021. La Russie et les Etats-Unis se sont reprochés mutuellement jeudi à l’ONU de contribuer, avec leurs essais de missiles, à une nouvelle course aux armements, Washington réclamant que Pékin soit inclus dans d’éventuelles futures négociations visant à les limiter. Avec son test le 18 août d’un missile de portée intermédiaire, «l’Amérique est prête à une course aux armements», a asséné l’ambassadeur russe adjoint auprès de l’ONU, Dmitri Polyanskiy, lors d’une réunion du Conseil de sécurité demandée par Moscou. «La Russie et la Chine souhaitent un monde dans lequel les Etats-Unis font preuve de retenue alors qu’ils continuent à accumuler des armes», a rétorqué son homologue américain, Jonathan Cohen. L’ambassadeur chinois à l’ONU, Zhang Jun, a souligné que les armes de son pays étaient «défensives sans poser de menace contre quiconque». «Nous nous opposons aux courses aux armements et souhaitons garantir un équilibre stratégique», a-t-il précisé.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours