{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Crise libyenne

Salamé appelle à soutenir la solution politique

«Il n’existe aucune solution militaire en Libye, a déclaré le MAE Sabri Boukadoum.. Nous appelons toujours au cessez-le-feu et sommes favorables à une solution inter-libyenne. Nous appelons au respect des résolutions du Conseil de sécurité et réitérons notre soutien à la MANUL. »

Le chef de la mission d’appui des Nations unies en Libye (Manul), Ghassan Salamé, a appelé ven-dredi à Alger, toutes les parties libyennes et internationales à soutenir le processus de la solution politique pacifique à la crise libyenne, estimant que la solution militaire est «une utopie coûteuse». S’exprimant au terme de son entretien avec le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, M. Salamé a indiqué: «Je pense, comme l’a dit le ministre des AE, que la solution militaire en Libye est ‘‘une utopie coûteuse’’ et que le plus court sera le mieux. C’est pourquoi, nous appelons, ici depuis l’Algérie, toutes les parties en Libye, ainsi que les parties internationales qui soutiennent ces parties, à davantage de réalisme et de considération, à savoir qu’il n’existe aucune solution sauf la solution politique à la crise libyenne». Tout en remerciant le ministre pour «avoir exprimé cette vérité essentielle», M. Salamé a relevé «les mêmes points d’entente —aujourd’hui à Alger— entre l’ONU et l’Algérie, ajoutant à cet égarrd, que cette dernière «a des préoccupations (concernant la crise libyenne) qui sont légitimes, étant un pays limitrophe de la Libye». «L’Algérie ne s’est pas ingérée dans les affaires internes de la Libye», a assuré le responsable onusien, ajoutant que ses efforts n’ont pour but que «d’appuyer le rapprochement et l’entente entre les différentes parties libyennes», affirmant que cela est à même de «rapprocher la position de l’Algérie et de celle de l’ONU».
Au sujet de ces discussions avec M. Boukadoum, M. Salamé a estimé nécessaire de «tenir le ministre des AE informé de la réalité des détails concernant la situation actuelle en Libye». Les discussions entre M. Boukadoum et M. Salamé se sont déroulées au lendemain du renouvellement du mandat de la MANUL par le Conseil de sécurité de l’ONU, qui a renouvelé, également, sa confiance au président de la MANUL, Ghassan Salamé. Pour sa part, le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, a réaffirmé au terme de son entretien avec le chef de la mission d’appui des Nations unies en Libye (MANUL), Ghassan Salamé, l’attachement de l’Algérie et sa conviction que «la solution à la crise ne peut venir que des Libyens eux-mêmes, tout en respectant les résolutions du Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations unies (ONU)». «Il n’existe aucune solution militaire en Libye. Nous appelons toujours au cessez-le-feu et nous sommes favorables à une solution inter-libyenne. Nous appelons, également, au respect des résolutions du Conseil de sécurité, notamment en ce qui concerne la prohibition des armes. Nous réitérons notre soutien à la MANUL et au docteur Ghassan Salamé», a déclaré Boukadoum dans une déclaration à la presse. Les discussions entre MM. Boukadoum et Salamé se sont déroulées au lendemain du renouvellement du mandat de la MANUL par le Conseil de sécurité de l’ONU qui a renouvelé, également, sa confiance au président de la MANUL, Ghassan Salamé.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours