{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Abdelkader Zoukh, Amar Tou et Karim Djoudi aujourd’hui à la barre

La nouvelle fournée de Dame justice

On parle même de mandats d’arrêt internationaux lancés contre Abdeslam Bouchouareb et Chakib Khelil. Le rêve du grand nettoyage devient réalité…

Un autre personnage controversé est appelé aujourd’hui du côté du boulevard du 11 Décembre d’El Biar. Il s’agit de l’ex-wali d’Alger, Abdelkader Zoukh. Limogé le 22 avril dernier, il a été convoqué depuis à plusieurs reprises par la justice sans être inquiété au vu du statut particulier que confère la loi aux hauts cadres de la nation. Tous les hauts fonctionnaires bénéficient du privilège de juridiction. Mais aujourd’hui, c’est devant la Cour suprême qu’il comparaîtra. Selon certaines sources, un dossier des plus lourds l’attend. Sauf grande surprise, il devrait rejoindre le reste de la «bande» au nouveau club « IN » du moment, à savoir la prison d’El Harrach. Zoukh ne devrait néanmoins pas être seul, puisqu’un défilé de hautes personnalités est programmé pour la semaine. Ainsi, dans la même journée, les deux ex-ministres et pas des moindres sont attendus à la barre. L’ex-grand argentier du pays, Karim Djoudi, devrait emboîter le pas à l’ex-premier responsable de la capitale. Lui aussi comparaîtra comme accusé. Un grand et long dossier lui est dédié. On parle de graves affaires de corruption, ainsi que de facilitations dans l’octroi de crédits et de transferts de devises durant la longue période où il était en charge des finances du pays (2007-2014). On se demande après, pourquoi les caisses de l’État sont dans ce sale… état !

La détention provisoire inévitable…
Karim Djoudi ne devrait logiquement pas échapper à la détention provisoire. Les magistrats de la Cour suprême devraient clôturer cette nouvelle journée de « fauchée » par un cacique du FLN, en l’occurrence Amar Tou. Député, ministre pendant 14 ans et sénateur, Tou fait partie des personnages politiques importants de l’époque Bouteflika. Connu pour ses crises de colère où il a notamment giflé un journaliste et un médecin, il semblerait que celui qui a occupé des postes stratégiques avait le goût des affaires… puisqu’on parle aussi d’un dossier des plus énormes qui a été amassé contre lui. « Plus grand que les montagnes du Djurdjura », plaisante notre source. Il faut dire que les départements qu’il a occupés sont à gros budgets, l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (1997-1999), la Poste et des Technologies de l’information et de la communication (2003-2005), la Santé (2005-2008) et enfin les Transports (2008-2013). Il est accusé d’«abus de pouvoir, dilapidation des deniers publics et octroi d’avantages injustifiés». Même s’il clame haut et fort son innocence en jurant par tous les saints qu’il n’a volé aucun centime, Amar Tou lui aussi risque de passer la nuit en prison. Le club du pénitencier d’El Harrach continue donc son magnifique mercato d’été. Toutefois, il ne devrait pas s’arrêter en si bon chemin. Puisque la semaine sera des plus chargées. Lundi d’autres personnalités sont attendues à la barre, à l’image de l’actuel wali d’El Bayadh, Mohamed Djamal Khanfar.

Ghoul et Talai arrivent…
Cependant, les gros « transferts » ne devraient pas tarder à arriver puisque celui que tout le monde attend, Amar Ghoul, devrait perdre son immunité parlementaire au courant de la semaine. Celui dont le nom est lié au scandale du siècle qu’est l’autoroute Est-Ouest pourra être ainsi justiciable après que le Sénat lui aura retiré sa couverture. La commission des affaires juridiques et administratives de l’APN a, elle, entamé hier la procédure de levée de l’immunité parlementaire contre le député FLN et ex-ministre des Transports Boudjemaa Talai. Jeudi dernier, les sénateurs, Saïd Barkat et Djamel Ould Abbès ont renoncé à leur immunité. Des soupçons de corruption pèsent contre eux, notamment durant leur passage au ministère de la Solidarité nationale et de la Famille. On parle même de mandats d’arrêt internationaux lancés contre Abdeslam Bouchouareb et Chakib Khelil. Deux ministres actuellement à l’étranger et dont les noms sont liés à plusieurs gros scandales ces dernières années. Proches du cercle de l’ex-président, ils sont restés « intouchables » enchaînant scandale sur scandale sans jamais être inquiétés. Après l’arrestation des deux ex-Premiers ministres et plusieurs ministres, la justice est donc passée à la vitesse supérieure pour « ramasser » le reste de la « Içaba ». Rien n’est désormais impossible. Le rêve du grand nettoyage devient réalité…

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours