{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

L’Algérie exporte 22 000 tonnes de rond à béton vers les USA

«Tosyali» à la conquête de l’Amérique

Cette société en est à sa 4ème opération de vente de rond à béton aux Etats-Unis d’Amérique.

Beaucoup de bruit a entouré le fameux nouveau modèle de production économique qui devait sortir l’économie nationale de sa dépendance aux hydrocarbures. La réalité est bien là. Rien n’a changé. L’Algérie demeure chevillée à son pétrole. Cela ne veut pas dire que les entreprises laborieuses, celles qui accomplissent un vrai travail de fourmi, qui n’ont pas renoncé à poser les jalons d’une économie productrice de richesses, sont restées les bras croisés. Elles ne communiquent pas pour brasser de l’air, elles passent à l’acte. C’est ce que vient de faire la société de droit algérien dont l’investisseur est un opérateur turc. Basée à Bethioua (est d’Oran) spécialisée dans la production de rond à béton, elle en est à sa 4ème opération de vente son produit aux Etats-Unis d’Amérique. «La société de droit algérien, basée à Béthioua (Est d’Oran) «Tosyali», spécialisée dans la production sidérurgique vient d’achever une opération d’exportation de 22 000 tonnes de rond à béton vers les Etats-Unis d’Amérique, nous a appris, hier, la cellule de communication de l’entreprise. Cette opération 4ème du genre, a duré un peu plus de deux semaines. Elle a débuté le 6 août pour s’achever le 23 août. Elle a consisté en l’exploration de 22 000 tonnes à partir du port de Mostaganem, la première production de rond à béton d’une longueur de 18 mètres, pour un montant de plus de 11 millions de dollars. 13 000 tonnes doivent atterrir au port de Houston, 9 000 tonnes ont fait cap vers le port d’Everglades. Rappelons que «Tosyali» avait entamé son activité d’exportation, en novembre 2018, à travers la première cargaison de 10 000 tonnes de rond à béton vers le port de Houston. La seconde s’est effectuée en avril 2019 alors que la troisième a été réalisée en juin dernier, toujours à destination des Etats-Unis. 15 000 tonnes de rond à béton ont été embarquées en direction du port d’Everglades et San Juan à Porto Rico. Tosyali vise-t-elle d’autres marchés que celui des USA ? « D’autres pays figurent dans les perspectives de la dynamique d’exportation de cette société, dont le Canada », assure l’entreprise qui prévoit une production de 3 millions de tonnes en 2019. Le complexe qui emploie près de 4000 travailleurs satisfait une importante partie de la demande nationale en rond à béton et en fil de machine. L’émergence d’une économie productrice de richesse ne doit pas rester au stade de la théorie ou d’une simple vue de l’esprit. Il y a des petits pas qui ne trompent pas et qui laissent penser que l’Algérie a pris le train de la croissance hors hydrocarbures. « Tosyali » en est un exemple. Il y a eu aussi les premières exportations de ciment et de certains produits agricoles. Les atouts ne manquent pas. Il y a déjà l’industrie automobile, qui s’annonce comme prometteuse et qui a généré des milliers d’emplois, mais aussi le secteur minier dont les potentialités sont avérées et qui n’a pas encore dévoilé toutes ses cartes. Il a certainement un rôle moteur à jouer sur le plan de la création de postes de travail, tout comme il sera incontestablement générateur de gros revenus financiers en devises. L’Algérie a d’autres cordes à son arc. Elle recèle des ressources jusque-là non mises en valeur. Le marbre en fait partie. Des carrières existent à Oran, Skikda, Guelma, Constantine et Tlemcen. Un véritable filon !

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours