{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Edition 2020 de Raconte-Arts

Elle se tient sur le Web du 4 au 10 août

«Raconte-Arts», un festival qui fait revivre notre culture ancestrale.

Le célèbre festival international itinérant «Raconte-arts», qui se tient chaque année en Kabylie, depuis 2004, va passer du réel au virtuel cette année à cause de la situation de confinement induite par la pandémie qui secoue le monde depuis des mois. C'est ce qu'ont annoncé les organisateurs de cet événement culturel devenu incontournable, qui prévoient d'en faire une édition spéciale cette année sur le Web, du 4 au 10 août.
«Pour les raisons que vous connaissez, ‘'Raconte-Arts 2020'' n'a pas eu lieu à At Aissi (Tizi Ouzou) du 18 au 25 juillet comme convenu dans l'agenda de ce formidable festival. Le 26 juillet 2020, aurait dû, en principe, être le départ des participants, après une semaine intense, comme l'ont déjà vécue d'autres villages, mais cela n'a pas été le cas, hélas [...]
C'est pourquoi nous avons décidé d'organiser du 4 au 10 août, pour conjurer le sort, une semaine virtuelle intitulée ‘‘La fenêtre du Web'', un clin d'oeil à ‘‘La fenêtre du vent'', qui a donné naissance a ‘'Raconte-Arts''», a annoncé un communiqué de la Ligue des arts cinématographiques et dramatiques de Tizi Ouzou». Le document précise que «cette semaine a pour objet de retracer le parcours de cette aventure humaine exceptionnelle, en publiant les archives que tout un chacun, parmi nous, détient: des photos et des vidéos des différentes éditions de Raconte-arts par thème, c'est-à-dire des photos et vidéos des soirées, contes, musique, rencontres littéraires, spectacles de rue et autres perfor-mances picturales».
Par ailleurs, les organisateurs ont fait savoir que les fidèles du festival peuvent participer à cette édition virtuelle en envoyant des vidéos de 10 à 15 minutes ou des textes d'une page racontant comment ils ont vécu leur «non-Raconte-Arts», mais aussi des vidéos de 5 à 10 minutes de musiciens, conteurs, poètes et autres artistes, si possible, précisent les organisateurs, «filmées spécialement pour cette semaine».
Enfin, il est précisé, dans le communiqué, que ce programme sera piloté par Rafik Hadouchi et Sadia Tabti et que ceux qui désirent participer à cette édition spéciale peuvent envoyer leurs textes et films à l'adresse suivante: «[email protected]»
«Raconte-Arts» est un festival international de contes et d'arts de rue, itinérant en Kabylie. La première édition de cette superbe initiative socioculturelle, qui s'est déroulée au village Aït Yenni, date de l'an 2004, date de sa création par un trio d'artistes avec l'association «Ligue des arts cinématographiques et dramatiques» de Tizi Ouzou qui se relevait d'une décennie de terrorisme et du Printemps noir en 2001 en Kabylie où 126 personnes avaient trouvé la mort.
Le festival est, alors, une action locale visant à redonner vie à cette région berbère aux 1000 villages endeuillés. «À l'époque, tout était terne, pour ne pas dire mort, il n'y avait plus d'activités culturelles. On a voulu apporter de la joie aux villageois, qui sont encore les premiers oubliés d'une politique culturelle», explique Arezki Diche son président. Faute d'infrastructures, le festival investit la rue en s'installant dans un nouveau village chaque année.
La 16e édition (2019) eut lieu du 19 au 26 juillet au village Sahel de la commune de Bouzeguène. En 2018, pour sa 15e édition, qui s'est déroulée à Tiferdoud, le festival intitulé «Tizi n laryah» (Les vents hurlants) a accueilli pas moins de 420 artistes.
Les rencontres de «Raconte-Arts» sont «phénoménales» de la bouche même des nombreux visiteurs qui n'hésitent pas à parcourir plusieurs dizaines, voire des centaines, de kilomètres afin d'y participer. De la joie et de la bonne humeur au rendez-vous dans ces contrées de la Kabylie profonde où se tiennent ces rencontres culturelles enfouies dans le riche terroir de cette région.
En effet, l'expression artistique, dans toutes ses dimensions, a contribué au bien-être général des milliers de personnes qui se sont dirigées vers Sahel, ce village de 6000 âmes, une destination très prisée dans la région, durant sept jours, dans l'un des plus importants villages de la commune de Bouzeguène, à 65 kilomètres, à l'extrême sud-est de Tizi Ouzou.
Les arts plastiques, le théâtre, la chanson...rythment les journées et les soirées de ce festival qui ne cesse de gagner en notoriété, depuis sa création.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours