{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Gestion pacifique de la crise et protection des frontières

ANP : un haut degré d’anticipation

Avertie des enjeux pouvant intervenir de l’extérieur, l’ANP a vite fait de se ranger du côté du peuple pour contenir la crise.

Aucun n’ignore que l’armée contribue d’une façon significative et permanente à la protection du pays. En cas de crise, elle intervient dans le cadre des lois constitutionnelles pour préserver la sécurité et notamment la stabilité du pays. Comme toutes les armées du monde, l’Armée nationale populaire a parfaitement joué ce rôle depuis le 22 février, date à laquelle, le peuple était sorti en masse, demander sans condition le changement du régime. Pour le Haut commandement de l’ANP, la sécurité du pays est une ligne rouge.
Encore bien avertie des enjeux pouvant intervenir de l’extérieur, l’ANP a vite fait de se ranger du côté du peuple pour contenir la crise, et à l’évidence barrer la route à toute éventuelle menace d’une ingérence. La logique laisse présager que l’ANP dans ce contexte n’aspire pas à des objectifs politiques que même, le général de corps d’armée, chef d’état-major et vice-ministre de la Défense nationale Ahmed Gaïd Salah, n’avait pas manqué à chaque discours de rassurer le peuple, mais surtout de répondre aux auteurs de la sédition qui ne cessent d’agir contre les intérêts suprêmes du pays. A travers, notamment des discours stériles qui appellent à la désobéissance civile et au refus de l’élection présidentielle comme solution pour sortir de la crise.
Cela nous interpelle quant au rôle que jouent les armées du monde dans la sécurité intérieure de leurs pays. Les plus grandes puissances mondiales ne peuvent nier ce fait, surtout avec l’émergence du terrorisme dans le monde en cas de crise, la menace est plus persistante, d’où l’exigence et le besoin d’intervenir avec une stratégie adaptée pour préserver le pays d’un débordement conséquent comme cela a été le cas pour la Libye. Le discours sur la sécurité du pays en cas de crise politique et l’intervention de l’armée, s’est accentué au courant de ces 20 dernières années.
Il n’est pas question pour l’Algérie de rester en marge de cette politique internationale. On a vu le cas du Soudan récemment qui n’a pas su contenir sa crise et où beaucoup de manifestants ont été tués. Fort heureusement possédant une armée moderne et mature, l’Algérie et après 8 mois environ de manifestations, aucune goutte de sang n’a coulé. Un serment que le Haut commandement de l’Armée nationale populaire a prêté par le biais du général de corps d’armée qui avait lors d’une allocution souligné « aucune goutte de sang d’un Algérien ne sera versée ». Cela renseigne sur le degré de maturité de l’ANP, car contrairement à d’autres nations comme en Libye et au Soudan, les choses ont pris une tournure grave.
Vu que la sécurité d’un pays se jouerait aujourd’hui au niveau de certains pays occidentaux par exemple, capables de mettre toutes les cartes à leur profit pour une ingérence avec l’aide de leurs relais à l’intérieur ou encore en Libye, en Irak, au Mali et en Syrie d’où peuvent réagir des groupes terroristes. En un mot, la sécurité de l’Algérie peut être d’ailleurs un cas qui a fait réagir l’ANP toujours dans son cadre constitutionnel pour contenir la crise qui prévaut actuellement dans le pays et qui n’a pas laissé certains pays aux appétences sans limite de tenter un pied en Algérie. Néanmoins, l’ANP en tant que corps constitué bien averti a su anticiper pour faire obstacle aux envies extérieures. c’est dire que dans la situation actuelle du pays, la distinction entre la sécurité intérieure et la défense sont deux concepts dépassés, en réalité les deux ne forment qu’une seule idée.
Sans pour autant intervenir directement dans la rue, l’ANP a su être un acteur principal dans le maintien de l’ordre. La prise en charge de la crise par l’ANP n’est pas un fait nouveau, même dans le champ juridique, puisque celle-ci est appelée par la Constitution à préserver la sécurité de l’Etat, des institutions et du peuple et la crainte de certains opportunistes de voir l’armée prendre les rênes du pouvoir politique sont infondées. Dans un rapport des groupes de diagnostic stratégique n°2-27ème session nationale « sécurité et justice » 2015-2016 sur la participation des militaires a la sécurité intérieure, il a été mentionné : « La plupart des pays européens ont connu des évolutions notables quant à la contribution des armées à la sécurité du territoire national. » Ceux qui dénigrent, aujourd’hui, le rôle de l’ANP dans cette crise, devraient s’informer aussi sur ces réalités et comprendre le sens de la démocratie qu’ils veulent importer.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours