{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Levée de l’immunité de Amar Ghoul et Boudjema Talai

Le Parlement accélère la procédure

Au niveau de l’APN comme au Sénat, les commissions des affaires juridiques se réuniront aujourd’hui.

Il ne traîne pas le pas. Le Parlement procède à l’exécution des décisions de la justice. Les élus impliqués dans les affaires de corruption et qui font l’objet d’enquête judiciaire seront bientôt livrés à la justice.
Après Ould Abbès et Saïd Barkat, la commission des affaires juridiques au niveau du Sénat se réunira demain pour entamer les procédures de la levée de l’imunité de l’ex-ministre des Travaux publics, Amar Ghoul, qui est poursuivi dans l’affaire de l’autoroute Est-Ouest. Selon le sénateur Fouad Sebouta, membre de cette commission, la procédure ne prendra pas beaucoup de temps cette fois-ci. Contrairement au cas de Ould Abbès et Saïd Berkat, qui a duré plus d’un mois, celui de Ghoul sera ficelé dans deux semaines. La commission va convoquer l’ex-ministre des Travaux publics pour l’entendre avant d’établir son rapport et le transmettre au bureau du Sénat. Ce dernier fixera la date de l’adoption de la décision dans une session qui se tiendra à huis clos. Même au niveau de l’Assemblée populaire nationale, la commission des affaires juridiques se réunira aujourd’hui pour examiner la levée de l’immunité de l’ex-ministre des Transports, Boudjema Talaï accusé dans des affaires de corruption. «Vu le rythme accéléré des affaires de corruption, il est de notre devoir de faciliter le travail à la justice en répondant rapidement à ses requête», a précisé un député, membre de la commission juridique qui se réjouit de la fin de l’ère de l’impunité. l’immunité parlementaire qui a servi longtemps comme couverture pour échapper à toute poursuite judiciaire, ne sera plus un obstacle. Désormais, les responsables, quel que soit leur fonction ou statut n’échapperont plus aux griffes de la justice. Effectivement, nul n’aurait cru à un tel scénario il y a juste quelques mois. Des grosses pointures et des responsables qui faisaient la pluie et le beau temps au sein du sérail se sont retrouvés derrière les barreaux. du jamais vu dans l’histoire du pays. Le mouvement populaire déclenché le 22 février dernier a été un véritable seisme qui a ébranlé le système politique.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours