{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Amrani sur la pointe des orteils

Avec les 90 dossiers, répartis en plusieurs piles sur le large pupitre de l’audience correctionnelle, le trio de magistrats de la première chambre pénale, était, mercredi dernier, usé vers les dix-huit heures, à la fin de l’audience.
Neuf heures de travail non-stop, cela fait un peu usant car en cette période de jeûne, même s’il n’y a pas de pause-déjeuner, tout le monde pensait qu’il allait au moins effectuer une pause tout court, histoire de retrouver un semblant de calme et de repos de l’esprit.
Usés non pas par les affres de Sidna Ramadhan et ses tours, mais par, surtout le monstrueux rôle qui contenait pas moins de 90 dossiers dont 7% seront reportés pour des raisons diverses.
Cela nous donne 30 dossiers par magistrat, ce qui est tout de même trop.
Rendez-vous compte que les magistrats étaient sur place dès neuf heures; les Abdenour Amrani, Fouzia Siam, Hadj Mihoub et Kamel Yessad étaient aussi prêts que la jolie et ponctuelle greffière pour leur journée ramadhanesque hebdomadaire, une journée où tout pouvait se passer y compris les incidents d’audience nés de l’entêtement de certains avocats, les plus jeunes, surtout, préoccupés à n’en faire qu’à leur tête. Et lorsque nous précisons les plus jeunes, entendez par là, ceux de Facebook.
Ils sont éveillés, vifs dans la réplique, difficiles à convaincre car ils raisonnent mieux que les générations précédentes, celles qui n’ont connu que les dépassements de certains services de sécurité qui arrivent de suite au résultat escompté. Mais leur bon côté, c’est dans le fait qu’ils ne résistent plus du moment que les arguments d’en face, sont raisonnables et tranchants.
L’audience connaît alors un essor agréable et tout se passe pour le mieux.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours