{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Un plan d’action pour les projets à réceptionner

Six milliards de DA pour 2020

Les observateurs ne se soucient pas des montants accordés, mais plutôt de la capacité des services concernés à consommer toutes ces enveloppes.

L’exécutif de la wilaya, présidé par le wali Mahmoud Djemaâ s’est penché, hier, sur la présentation du plan d’action de l’année 2020. Un exposé détaillé a été présenté sur les actions engagées lors de l’exercice écoulé et énuméré toutes les réalisations réceptionnées, ainsi que les projets en cours de réalisation, et ce, dans tous les secteurs confondus. Le montant du programme en cours a dégagé au 31 décembre 2019, toutes sources de financement confondues un montant de l’ordre de 248,9 milliards de DA.
En plus de ce montant très important, la wilaya de Tizi Ouzou a bénéficié d’une enveloppe de 6,457 milliards DA au titre de l’exercice 2020, dont 1,4 milliard de DA au titre des plans communaux de développement (PCD) et le reste représente principalement des réévaluations accordées, conformément aux orientations des pouvoirs publics, pour le parachèvement du programme en cours. Intervenant lors de ce conseil, le wali Mahmoud Djamaâ a annoncé, la mise en place d’un plan d’action des projets à réceptionner durant l’année 2020, parmi lesquels figurent le raccordement de plus de 45 119 foyers au réseau de gaz naturel, la réception totale du centre de lutte contre le cancer de Draâ Ben Khedda, de l’hôpital 60 lits à Ouadhias et de 5614 logements tous segments confondus.
Par ailleurs, beaucoup d’observateurs ne se soucient pas des montants accordés, mais plutôt de la capacité des services concernés à consommer toutes ces enveloppes. Les retards énormes accusés dans tous les projets en voie de réalisation sont la bête noire des pouvoirs publics qui peinent à venir à bout de plusieurs phénomènes qui plombent l’avancée des chantiers.
De nombreux projets sont encore en chantier à cause de retards souvent abyssaux à l’instar des quotas de logements accordés à la wilaya. Des retards accusés dans tous les secteurs confondus à cause d’entraves rarement liées au budget.
En effet, depuis quelques années, la wilaya de Tizi Ouzou souffre du manque de foncier. Une situation qui engendre le retard dans le lancement des projets inscrits. Pour d’aucuns, les zones industrielles auraient pu être l’alternative. Mais, hélas, même ces dernières souffrent de l’absence de viabilisation. Chose qui empêche les investisseurs de venir mettre leur argent dans des projets qui peuvent prendre des dizaines d’années avant de voir le jour. D’un autre côté, le foncier industriel attribué n’a pas été correctement exploité. Les services concernés se sont lancés dans des actions de récupération, mais cette démarche montre ses limites au vu des justifications données par les anciens bénéficiaires qui n’ont pas pu lancer leurs projets.
Enfin, notons que le phénomène des oppositions plombe une bonne partie des projets structurants dont a bénéficié la wilaya de Tizi Ouzou. Souvent, des propriétaires terriens s’opposent à la réalisation des routes, des barrages et autres projets qui auraient pu lancer la machine de développement dans la wilaya. L’exemple du barrage de Souk N Tleta est édifiant à ce propos.
à son lancement, après plusieurs décennies de retard, le montant des indemnisations a largement dépassé le coût du projet en lui-même. C’est la même situation au niveau de la zone d’activité de Souama où un conflit oppose jusqu’à présent des citoyens et les services concernés sans qu’une solution définitive ne vienne mettre fin au problème.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré